Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Œdème papillaire

Par

James Garrity

, MD, Mayo Clinic College of Medicine

Dernière révision totale févr. 2019| Dernière modification du contenu févr. 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

Un œdème papillaire est un œdème de la papille dû à une hypertension intracrânienne. Le gonflement du disque optique résultant de causes qui ne comprennent pas d'augmentation de la pression intracrânienne (p. ex., une hypertension maligne, une thrombose de la veine centrale de la rétine) n'est pas considéré comme un œdème papillaire. Il n'y a pas de symptôme dans les premiers stades, bien qu'une diminution transitoire de la vision puisse survenir pendant quelques secondes. La découverte d'un œdème papillaire nécessite une recherche immédiate de la cause. Le diagnostic repose sur l'ophtalmoscopie suivie d'examens complémentaires, généralement une imagerie cérébrale et parfois une ponction lombaire pour en déterminer la cause. Le traitement est celui de la cause.

L'œdème papillaire est un signe d'hypertension intracrânienne et est presque toujours bilatéral. Les étiologies sont:

Symptomatologie

En cas d'œdème papillaire, la vision n'est au début habituellement pas touchée, mais des obscurcissements passagers de la vision, des clignements ou une vision floue ou double peuvent survenir. Le patient peut être atteint de symptômes d'hypertension intracrânienne, tels que des céphalées ou des nausées et des vomissements. La douleur est absente.

L'examen débute par le fond d'œil, qui montre une distension et un trajet tortueux des veines rétiniennes, une hyperhémie et un gonflement de la papille (tête du nerf optique) et des hémorragies rétiniennes péripapillaires mais respectant la périphérie de la rétine. L'œdème isolé de la papille (p. ex., dû à une névrite optique ou à une neuropathie optique ischémique) sans signe rétinien indiquant une augmentation de pression du liquide céphalorachidien, n'est pas considéré un œdème papillaire (sauf si la pression intracrânienne est élevée en cas de ponction lombaire concomitante).

Dans les stades précoces de l'œdème papillaire, l'acuité visuelle et le réflexe pupillaire sont habituellement normaux et ne deviennent anormaux qu'à un stade avancé. L'examen du champ visuel peut détecter un élargissement de la tache aveugle. Plus tard, l'examen du champ visuel peut présenter des défauts typiques des lésions des faisceaux de fibres nerveuses et une perte de la vision périphérique.

Diagnostic

  • Bilan clinique

  • Neuro-imagerie immédiate

L'importance de la tuméfaction de la papille peut être quantifiée en notant la puissance de la lentille nécessaire pour focaliser la lumière de l'ophtalmoscope sur la partie surélevée de la papille et sur la portion indemne de la rétine. Le gonflement peut également être quantifié en mesurant l'épaisseur de la couche des fibres nerveuses par tomographie par cohérence optique (OCT); l'OCT quantifie le degré d'œdème papillaire de sorte que ses modifications peuvent être surveillées.

Les œdèmes papillaires doivent être différenciés des autres causes d'œdèmes du disque optique tels que la névrite optique, la neuropathie optique ischémique, l'hypotonie, l'occlusion de la veine centrale de la rétine, l'uvéite, et les papilles pseudo-œdémaciées (p. ex., drusen du nerf optique). Il faut effectuer un examen ophtalmologique complet. Si l'œdème papillaire est suspecté cliniquement, une IRM avec gadolinium ou une TDM avec injection de produit de contraste est pratiquée immédiatement afin d'exclure les causes telles qu'une masse intracrânienne ou une thrombose du sinus veineux dural. La ponction lombaire avec mesure de la pression du LCR et analyse du LCR dot être évitée tant que la présence d'une lésion expansive n'a pas été exclue. La ponction lombaire pratiquée dans un tel contexte peut entraîner un engagement du tronc cérébral. L'échographie B et l'autofluorescence du fond d'œil sont les meilleurs outils diagnostiques du pseudo-œdème papillaire des drusen du nerf optique.

Traitement

  • Traitement du trouble sous-jacent

Un traitement en urgence de la maladie causale est indiqué pour diminuer l'hypertension intracrânienne. Si l'hypertension intracrânienne persiste, une atrophie secondaire du nerf optique et une perte de vision finissent par survenir, accompagnées d'autres séquelles neurologiques graves.

Points clés

  • Un œdème papillaire indique une hypertension intracrânienne.

  • Outre l'hyperhémie bilatérale et un gonflement des papilles optiques (tête du nerf optique), les patients ont souvent des veines rétiniennes engorgées et tortueuses, et des hémorragies rétiniennes péripapillaires mais qui respectent la périphérie de la rétine.

  • Les anomalies du fond d'œil précèdent généralement les troubles visuels.

  • Effectuer neuro-imagerie immédiate et, si aucune lésion de masse n'est visible, recueillir du LCR pour analyse et mesure de la pression du LCR avec une ponction lombaire.

  • Traiter le trouble sous-jacent.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Comment pratiquer une canthotomie latérale
Vidéo
Comment pratiquer une canthotomie latérale
Comment irriguer l'œil
Vidéo
Comment irriguer l'œil

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE