Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link

Présentation des infections sexuellement transmissibles (IST)

Par

Sheldon R. Morris

, MD, MPH, University of California San Diego

Vérifié/Révisé févr. 2023
AFFICHER LA VERSION PROFESSIONNELLE
Les faits en bref
Ressources liées au sujet

Le terme « infection sexuellement transmissible (IST) » fait référence à une infection qui est transmise par le sang, le sperme, les liquides vaginaux ou d’autres fluides corporels lors de rapports sexuels oraux, anaux ou génitaux avec un partenaire infecté. La maladie sexuellement transmissible (MST) fait référence à une maladie qui se développe à partir d’une IST.

  • Les infections sexuellement transmissibles peuvent être d’origine bactérienne, virale, ou dues à des parasites.

  • Certaines infections peuvent se propager à d’autres parties du corps, parfois avec de graves conséquences.

  • La plupart des infections sexuellement transmissibles peuvent être traitées efficacement par des médicaments.

  • L’utilisation de préservatifs pendant les rapports sexuels génitaux peut aider à prévenir la transmission de ces infections d’une personne à l’autre.

Les contacts sexuels, y compris oraux, anaux, ou génitaux, favorisent la transmission des micro-organismes d’une personne à l’autre, car au cours de ces contacts, il y a un transfert de liquides biologiques. Certaines infections transmissibles par contacts sexuels peuvent également se transmettre par les baisers ou par un contact physique étroit.

Les IST sont relativement fréquentes. Aux États-Unis, plus de 25 millions de nouveaux cas d’IST surviennent chaque année ; environ la moitié des nouveaux cas surviennent chez des personnes âgées de 15 à 24 ans (voir aussi Centers for Disease Control and Prevention [CDC] : Sexually Transmitted Disease Surveillance 2020).

Plusieurs facteurs rendent la prévention de la transmission des IST difficile. À savoir :

  • Activité sexuelle non protégée avec un ou plusieurs partenaires

  • Manque d’éducation sur les pratiques sexuelles à moindre risque

  • Réticence à parler de pratiques sexuelles à moindre risque avec un partenaire

  • Réticence à parler des questions liées à la sexualité avec un professionnel de la santé

  • Manque d’accès aux soins de santé

  • Infections asymptomatiques, de sorte que les personnes ne savent pas qu’elles doivent être testées ou traitées

  • Nécessité de traiter simultanément les deux partenaires sexuels pour éviter de transmettre à nouveau l’infection entre les partenaires

  • Traitement interrompu, pouvant entraîner le développement d’organismes résistants aux médicaments

Causes des IST

Tableau

De nombreux micro-organismes infectieux, allant des minuscules virus, des bactéries, et des parasites aux insectes visibles (comme les poux), peuvent être transmis par contact sexuel. Certaines infections qui peuvent être transmises au cours des contacts sexuels sont généralement transmises par d’autres voies. Elles ne sont donc pas considérées comme des IST. Ces infections comprennent les hépatites Présentation de l’hépatite virale aiguë Une hépatite virale aiguë est une inflammation du foie, c’est-à-dire généralement une inflammation causée par une infection par l’un des cinq virus de l’hépatite. Dans la plupart des cas, l’inflammation... en apprendre davantage A, B et C et les infections du tube digestif (qui provoquent des diarrhées), telles que les infections à Salmonella Infections à Salmonella Les bactéries Gram négativesSalmonella causent généralement une diarrhée et parfois une infection plus grave, la fièvre typhoïde. L’infection survient généralement après ingestion d’aliments... en apprendre davantage , les infections à Campylobacter Infections à Campylobacter Plusieurs espèces de bactéries Gram négativesCampylobacter (le plus souvent Campylobacter jejuni) peuvent infecter le tube digestif, provoquant souvent des diarrhées. Les personnes... en apprendre davantage , la shigellose Shigellose La shigellose est une infection due aux bactéries Gram négatives Shigella. Elle est responsable d’une diarrhée aqueuse ou dysenterie (émission fréquente et souvent douloureuse de petites... en apprendre davantage , la giardiase Giardiase La giardiase est une infection de l’intestin grêle provoquée par un parasite unicellulaire (protozoaire), Giardia. Les principaux symptômes sont des crampes abdominales et des diarrhées... en apprendre davantage , l’ amibiase Amibiase L’amibiase est une infection du gros intestin et parfois du foie et d’autres organes due à un parasite unicellulaire, un protozoaire, Entamoeba histolytica, une amibe. Les amibes peuvent... en apprendre davantage , et la mpox (anciennement appelée variole du singe) Mpox (Variole du singe) La mpox, ou orthopoxvirose simienne, est provoquée par le virus de la variole du singe, qui est apparenté au virus de la variole et provoque une maladie similaire, mais généralement moins grave... en apprendre davantage Mpox (Variole du singe) .

Mode de transmission

Même si les IST surviennent habituellement après des rapports sexuels vaginaux, oraux ou rectaux avec des partenaires infectés, la pénétration génitale n’est pas nécessaire pour disséminer l’infection. Certaines IST peuvent également être transmises par d’autres voies, notamment :

Symptômes des IST

Les symptômes des IST varient énormément, mais les premiers symptômes apparaissent généralement dans la région où les organismes ont pénétré dans le corps. Par exemple, des ulcérations peuvent se développer au niveau génital ou buccal. Il peut y avoir un écoulement au niveau du pénis ou du vagin, ou les mictions peuvent être douloureuses.

Certains des effets des IST augmentent le risque de contracter d’autres infections (comme l’ infection par le VIH Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) L’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est une infection virale qui détruit progressivement certains globules blancs et qui est traitée à l’aide de médicaments antirétroviraux... en apprendre davantage Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) ). Par exemple, le fait de présenter une irritation cutanée (en raison d’une inflammation, comme c’est le cas lors d’une infection gonococcique Gonorrhée Il s’agit d’une infection sexuellement transmissible due à la bactérie Neisseria gonorrhoeae, qui infecte le tissu de revêtement interne de l’urètre, du col de l’utérus, du rectum, de... en apprendre davantage Gonorrhée ou d’une chlamydiose Infections à Chlamydia et autres infections non gonococciques Les infections à chlamydia comprennent des infections sexuellement transmissibles de l’urètre et du col de l’utérus et du rectum dues à la bactérie Chlamydia trachomatis. Ces bactéries... en apprendre davantage Infections à Chlamydia et autres infections non gonococciques ) ou des lésions (par exemple, en cas d’ herpès Infections par le virus herpès simplex (HSV) L’infection par le virus herpès simplex est responsable d’épisodes récurrents d’apparition de petites vésicules, douloureuses et remplies de liquide, sur la peau, la bouche, les lèvres (bouton... en apprendre davantage Infections par le virus herpès simplex (HSV) , de syphilis Syphilis La syphilis est une infection sexuellement transmissible provoquée par la bactérie Treponema pallidum. La maladie peut évoluer en trois phases, séparées par des périodes où le patient... en apprendre davantage Syphilis ou de chancre mou Chancre mou Le chancre mou est une infection sexuellement transmissible provoquée par la bactérie Haemophilus ducreyi qui provoque des ulcérations génitales douloureuses. Le chancre mou est une infection... en apprendre davantage ) facilite l’entrée d’autres organismes infectieux dans le corps.

Complications

Lorsqu’une IST n’est pas diagnostiquée et traitée rapidement, certains micro-organismes peuvent se propager par la circulation sanguine et infecter des organes internes, source parfois de graves problèmes, menaçant le pronostic vital. Ces problèmes comprennent :

Chez les femmes, certains micro-organismes peuvent pénétrer dans le vagin et infecter les autres organes reproducteurs. Les micro-organismes peuvent infecter le col de l’utérus (la partie inférieure de l’utérus, à l’extrémité du vagin), pénétrer dans l’utérus et atteindre les trompes de Fallope et parfois les ovaires. Les atteintes des trompes de Fallope peuvent provoquer une stérilité ou un risque accru de grossesse extra-utérine (ectopique Grossesse extra-utérine Une grossesse extra-utérine est l’implantation d’un ovule fécondé à un endroit anormal, tel que les trompes de Fallope. En cas de grossesse extra-utérine, le fœtus ne peut pas survivre. En cas... en apprendre davantage ). L’infection peut se propager à la membrane qui recouvre la cavité abdominale (le péritoine), provoquant une péritonite. Les infections de l’utérus, des trompes de Fallope, des ovaires et/ou du péritoine sont appelées maladies pelviennes inflammatoires Maladie pelvienne inflammatoire (MPI) La maladie pelvienne inflammatoire est une infection qui touche les organes reproducteurs féminins dits supérieurs (le col de l’utérus, l’utérus, les trompes de Fallope et les ovaires). La maladie... en apprendre davantage Maladie pelvienne inflammatoire (MPI) .

Chez les hommes, les micro-organismes qui pénètrent dans l’organisme au niveau du pénis peuvent infecter le tube qui véhicule les urines de la vessie jusqu’au pénis (l’urètre). Les complications sont rares si les infections sont traitées rapidement, mais l’infection chronique de l’urètre peut entraîner ce qui suit :

  • Resserrement du prépuce, de sorte qu’il ne peut plus recouvrir l’extrémité du pénis

  • Rétrécissement de l’urètre, bloquant le passage des urines

  • Développement d’une fistule (canal anormal) entre l’urètre et la peau du pénis

Parfois, chez l’homme, les micro-organismes remontent l’urètre et le canal qui transporte les spermatozoïdes provenant des testicules (canal éjaculateur et canal déférent) pour infecter l’épididyme (tube replié sur lui-même situé au-dessus de chaque testicule).

Certaines IST peuvent être responsables chez les hommes et les femmes, d’un gonflement des tissus génitaux ou d’une infection de l’urètre ou du rectum (proctite).

La voie du vagin aux ovaires

Chez les femmes, certains micro-organismes peuvent pénétrer dans le vagin et infecter les autres organes reproducteurs. À partir du vagin, ces micro-organismes peuvent atteindre le col de l’utérus, puis l’utérus et les trompes de Fallope, et parfois les ovaires.

Organes génitaux féminins internes

Voie du pénis jusqu’à l’épididyme

Parfois, chez l’homme, les micro-organismes remontent l’urètre jusqu’au tube qui transporte le sperme provenant des testicules (canal déférent) pour infecter l’épididyme qui se trouve au-dessus de chaque testicule.

Organes reproducteurs masculins

Diagnostic des IST

  • Examen clinique

  • Examen d’un échantillon de sang, d’urine ou d’écoulement

Les médecins suspectent souvent une IST d’après les symptômes ou les antécédents de contact sexuel avec un partenaire infecté.

Pour identifier l’organisme en cause et donc confirmer le diagnostic, on peut prélever un échantillon de sang, d’urines ou d’un écoulement au niveau du vagin, du col de l’utérus, ou du pénis, et l’examiner. L’échantillon est généralement envoyé à un laboratoire pour que les organismes soient détectés et identifiés ; certains tests de dépistage des IST peuvent être réalisés à la clinique.

Certains tests de dépistage d’IST sont conçus pour identifier le matériel génétique unique du micro-organisme (ADN ou ARN). D’autres tests permettent de détecter la présence d’anticorps produits par le système immunitaire en réponse à l’organisme spécifique responsable de l’infection. Les médecins choisissent le type de test en fonction de la ou des infections les plus probables.

Dépistage des IST

Le dépistage Le dépistage Il y a de nombreux outils de prévention, y compris les outils majeurs suivants : Établir un mode de vie sain, qui comprend des habitudes saines telles que le port de la ceinture de sécurité... en apprendre davantage Le dépistage fait référence à la réalisation de tests à la recherche d’une maladie chez des personnes ne présentant aucun symptôme. Le dépistage doit idéalement être réalisé dans les situations suivantes :

  • La maladie à dépister est relativement fréquente

  • La personne présente un risque plus élevé que la moyenne d’avoir une maladie (comme les personnes qui ont plusieurs partenaires sexuels) ou chez qui une maladie est particulièrement dangereuse (comme les femmes enceintes)

  • Le test de dépistage est facile et relativement peu coûteux

  • Il existe un traitement efficace pour la maladie

Les médecins recommandent un dépistage des IST chez les personnes qui sont exposées à un risque accru d’infection à Chlamydia Infections à Chlamydia et autres infections non gonococciques Les infections à chlamydia comprennent des infections sexuellement transmissibles de l’urètre et du col de l’utérus et du rectum dues à la bactérie Chlamydia trachomatis. Ces bactéries... en apprendre davantage Infections à Chlamydia et autres infections non gonococciques , de gonorrhée Gonorrhée Il s’agit d’une infection sexuellement transmissible due à la bactérie Neisseria gonorrhoeae, qui infecte le tissu de revêtement interne de l’urètre, du col de l’utérus, du rectum, de... en apprendre davantage Gonorrhée , de syphilis Syphilis La syphilis est une infection sexuellement transmissible provoquée par la bactérie Treponema pallidum. La maladie peut évoluer en trois phases, séparées par des périodes où le patient... en apprendre davantage Syphilis , et/ou d’infection par le VIH Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) L’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est une infection virale qui détruit progressivement certains globules blancs et qui est traitée à l’aide de médicaments antirétroviraux... en apprendre davantage Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) . Toutes les femmes sexuellement actives de moins de 25 ans ou de plus de 25 ans qui présentent un risque élevé d’infection doivent être dépistées pour la chlamydiose chaque année, et toutes les femmes enceintes doivent être dépistées pour ces 4 IST.

Traitement des IST

  • Antibiotiques ou médicaments antiviraux selon l’IST

  • Traitement des complications, le cas échéant

  • Traitement simultané des partenaires sexuels, si possible

La plupart des IST peuvent être traitées efficacement avec des médicaments (antibiotiques pour les infections bactériennes et antiviraux pour les infections virales). Cependant, certaines nouvelles souches de bactéries et de virus sont devenues résistantes à certains médicaments, ce qui rend le traitement plus difficile. Le nombre de ces résistances aux médicaments Antibiorésistance Les bactéries sont des organismes unicellulaires microscopiques. Elles font partie des premières formes de vie connues sur Terre. Il en existe des milliers de types différents, et elles vivent... en apprendre davantage augmentera probablement, car les médicaments sont parfois mal utilisés.

Les patients qui sont en cours de traitement pour une IST doivent s’abstenir de tout rapport sexuel jusqu’à ce que l’infection ait été éliminée chez eux et chez leurs partenaires sexuels. Par conséquent, l’infection doit être dépistée chez les partenaires sexuels et ceux-ci doivent être traités en même temps que le patient.

Prévention des IST

Les mesures de prévention suivantes peuvent empêcher les IST :

Les préservatifs doivent être utilisés correctement pour être efficaces. Les préservatifs doivent être mis en place avant la pénétration. Une utilisation correcte implique de :

  • Utiliser un nouveau préservatif pour chaque rapport sexuel.

  • Utiliser un préservatif de la bonne taille.

  • Manipuler soigneusement le préservatif pour éviter de l’endommager avec les ongles, les dents ou d’autres objets tranchants.

  • Mettre le préservatif lorsque le pénis est en érection et avant tout contact génital avec le ou la partenaire.

  • Déterminer le sens dans lequel le préservatif est enroulé en le plaçant sur votre index et en essayant de le dérouler délicatement, mais seulement un peu. S’il résiste, le retourner, puis essayer de l’autre côté. Ensuite, l’enrouler à nouveau.

  • Placer le préservatif enroulé sur le bout du pénis en érection.

  • Prévoir un espace d’environ 1,25 cm à l’extrémité afin de recueillir le sperme.

  • Avec une main, pincer l’extrémité du préservatif pour chasser l’air hors du préservatif.

  • Si l’homme n’est pas circoncis, faire glisser le prépuce avant de dérouler le préservatif.

  • Avec l’autre main, dérouler le préservatif jusqu’à la base du pénis et expulser toutes les bulles d’air.

  • S’assurer que la lubrification est satisfaisante pendant le rapport.

  • Avec les préservatifs en latex, utiliser uniquement des lubrifiants à base d’eau. Les lubrifiants à base d’huile (comme la vaseline, les huiles végétales, minérales, les huiles de massage, les lotions corporelles et l’huile alimentaire) peuvent abîmer le latex et le préservatif peut donc se déchirer.

  • Tenez fermement le préservatif à la base du sexe avant de vous retirer, le retrait devant se produire quand le pénis est encore en érection pour éviter qu’il glisse.

Informations supplémentaires

Les ressources en anglais suivantes pourraient vous être utiles. Veuillez noter que LE MANUEL n’est pas responsable du contenu de cette ressource.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : AFFICHER LA VERSION PROFESSIONNELLE
AFFICHER LA VERSION PROFESSIONNELLE
quiz link

Test your knowledge

Take a Quiz! 
iOS ANDROID
iOS ANDROID
iOS ANDROID
HAUT DE LA PAGE