Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Palpitations

Par

Andrea D. Thompson

, MD, PhD, Department of Internal Medicine, Division of Cardiovascular Medicine, University of Michigan;


Michael J. Shea

, MD, Michigan Medicine at the University of Michigan

Dernière révision totale mai 2018| Dernière modification du contenu juin 2018
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Les palpitations sont la perception des battements cardiaques. La sensation est celle de coups, de vibrations, de course ou d’irrégularité dans les battements. D’autres symptômes, comme un malaise thoracique ou un essoufflement, peuvent être présents selon la cause des palpitations.

Les palpitations sont fréquentes. Certaines personnes les trouvent désagréables ou alarmantes, mais elles indiquent rarement une maladie cardiaque mettant la vie en danger. De nombreuses personnes sans maladie cardiaque ressentent aussi des palpitations.

Causes

Normalement, les personnes ne font pas attention aux battements de leur cœur. Elles sont toutefois nombreuses à sentir leur cœur battre quand quelque chose le fait battre plus vigoureusement ou plus rapidement que d’habitude. Ces battements rapides et vigoureux sont une réaction normale du cœur (tachycardie sinusale). Les causes comprennent :

Dans d’autres cas, les palpitations sont dues à un trouble du rythme cardiaque (arythmie).

Types d’arythmies

Les arythmies peuvent être inoffensives ou mettre la vie en danger.

Les arythmies les plus fréquentes sont les suivantes :

Ces deux arythmies affectent généralement des personnes sans trouble cardiaque et sont inoffensives. Le battement prématuré n’est pas ressenti. Ce qui est ressenti est le battement normal suivant, qui se produit après un léger retard et est légèrement plus fort que d’habitude. Bien que la personne ait l’impression que son cœur a sauté un battement, ce n’est en fait pas le cas.

Autres arythmies causant des palpitations :

Ces autres arythmies provoquent un battement cardiaque nettement plus rapide que la normale. Les arythmies dans lesquelles le cœur bat trop lentement provoquent rarement des palpitations, bien que certaines personnes perçoivent la lenteur du rythme.

Causes d’arythmies

Certaines arythmies (par exemple, des battements auriculaires prématurés, des battements ventriculaires prématurés, ou une tachycardie paroxystique supraventriculaire [TPSV]) se produisent souvent chez des personnes qui ne présentent aucun trouble grave sous-jacent. D’autres sont souvent causées par un trouble cardiaque grave ou une affection ailleurs dans le corps.

Les maladies cardiaques graves comprennent l’angine de poitrine, la crise cardiaque (syndrome coronarien aigu), les maladies cardiaques congénitales (par exemple, le syndrome de Brugada ou le syndrome du QT long congénital), les maladies des valvules cardiaques et les troubles du système de conduction (par exemple, syndrome de Wolff-Parkinson-White).

Les troubles non liés au cœur qui peuvent causer des arythmies comprennent les suivants :

  • Thyroïde hyperactive (hyperthyroïdie)

  • Faible taux d’oxygène dans le sang (hypoxie)

  • Faible taux de potassium dans le sang (hypokaliémie)

  • Faible taux de magnésium dans le sang (hypomagnésémie)

  • Certaines drogues, dont l’alcool, la caféine, la digoxine, la nicotine, et certains stimulants (comme l’albutérol, les amphétamines, la cocaïne, l’adrénaline, l’éphédrine, et la théophylline)

  • Une tumeur des glandes surrénales (phéochromocytome)

Complications

Les arythmies qui accélèrent les battements de cœur peuvent entraîner des complications (en particulier chez les personnes âgées). Si le cœur bat trop vite, il risque de ne pas pouvoir pomper le sang adéquatement, et la personne peut présenter un étourdissement, perdre connaissance ou développer une insuffisance cardiaque. L’insuffisance cardiaque survient surtout chez les personnes qui ont déjà présenté une insuffisance cardiaque ou une crise cardiaque ; elle peut toutefois se produire chez d’autres personnes si le rythme cardiaque est très rapide ou si le cœur bat trop rapidement pendant une longue période. Un rythme cardiaque rapide augmente aussi les besoins en oxygène du muscle cardiaque. Les personnes présentant un rétrécissement des artères qui irriguent le muscle cardiaque (maladie des artères coronaires) peuvent développer une douleur thoracique due à une angine de poitrine ou un infarctus du myocarde (ce qui peut être fatal).

Certaines arythmies, en particulier la tachycardie ventriculaire, sont instables et peuvent provoquer directement un arrêt cardiaque.

Évaluation

Bien que toutes les palpitations ne soient pas causées par une maladie cardiaque, les conséquences de certaines de ces maladies cardiaques sont si graves que les personnes souffrant de palpitations doivent généralement être évaluées par un médecin. Les informations suivantes peuvent aider les personnes à décider quand l’examen médical est nécessaire et les aident à savoir à quoi s’attendre pendant l’examen.

Signes avant-coureurs

Chez les personnes souffrant de palpitations, certains symptômes et certaines caractéristiques sont source d’inquiétude. À savoir :

  • Vertiges ou évanouissement

  • Douleur ou pression thoracique

  • Essoufflement

  • Pouls supérieur à 120 battements par minute ou inférieur à 45 par minute

  • Présence d’une maladie cardiaque ou antécédents familiaux ou mort subite, évanouissements récurrents ou crises convulsives inexpliquées

  • Symptômes survenant pendant un exercice physique, en particulier s’ils entraînent une perte de connaissance

Quand consulter un médecin

Les personnes souffrant de palpitations qui présentent des signes précurseurs doivent se rendre aux urgences dans les plus brefs délais, ainsi que celles qui ressentent des palpitations continues. Celles qui souffrent d’évanouissement, de douleur thoracique, ou d’essoufflement doivent appeler les services d’urgence.

Les personnes sans signes précurseurs qui souffrent de palpitations épisodiques ou qui ont souffert d’un épisode qui s’est arrêté doivent appeler leur médecin. Le médecin déterminera l’urgence d’une consultation en fonction de leur âge, des affections sous-jacentes et d’autres symptômes. Un retard d’un jour ou deux ne comporte généralement aucun risque.

Que fait le médecin

Les médecins posent d’abord des questions sur les symptômes et les antécédents médicaux de la personne. Le médecin réalise ensuite un examen clinique. Les indices fournis par les antécédents et l’examen clinique permettront de déterminer la cause potentielle.

Le médecin pose les questions suivantes :

  • La fréquence des palpitations

  • La durée des palpitations

  • Les facteurs (par exemple, détresse émotionnelle, activité, ou consommation de caféine ou d’autres drogues) qui déclenchent ou aggravent les palpitations

  • Les drogues prises par le patient, y compris la caféine

Les médecins demanderont parfois au patient de simuler le rythme et la cadence des palpitations, car le rythme des battements peut les aider à déterminer la cause.

Le médecin commence l’examen clinqiue en vérifiant les signes vitaux (pouls, température, et pression artérielle). Le pouls et sa régularité ou son irrégularité permettent de suggérer des causes. Une élévation de la température suggère qu’une fièvre en est la cause. Une hypotension artérielle ne suggère pas la cause mais indique une urgence extrême.

Les médecins écoutent le cœur pour détecter les bruits anormaux indiquant une maladie valvulaire ou une inflammation cardiaque. Ils écoutent les poumons pour détecter les bruits indiquant une insuffisance cardiaque. Ils observent et palpent le devant du cou pour voir si la thyroïde est hypertrophiée ou enflammée.

Les palpitations qui s’accompagnent d’autres symptômes, comme un essoufflement, une douleur thoracique, une faiblesse, une fatigue ou des évanouissements, sont plus susceptibles d’être liées à un rythme cardiaque anormal ou à un trouble grave.

Tableau
icon

Certaines causes et caractéristiques des palpitations

Caractéristique*

Cause possible

Sensation que le cœur saute parfois un battement

Épisodes soudains de battements cardiaques rapides qui ralentissent subitement pour atteindre un rythme normal ; souvent observés chez les personnes qui ont déjà souffert d’épisodes de battements cardiaques rapides

Moins souvent, tachycardie ventriculaire ou syndrome du QT long congénital

Sensation constante de battements cardiaques rapides et irréguliers

Évanouissement durant les palpitations

Tachycardie ventriculaire, syndrome du QT long congénital, cardiomyopathie hypertrophique héréditaire, fibrillation auriculaire ou syndrome de Brugada

Généralement durant l’exercice physique ou en réponse à une situation émotionnelle

Tachycardie sinusale (la réponse normale du cœur à l’effort), particulièrement fréquente chez les personnes en bonne santé

Rythme cardiaque anormal provoqué par une diminution du flux sanguin déclenchée par l’activité physique, plus fréquent chez les personnes atteintes d’une maladie des artères coronaires ou de cardiopathies congénitales

Chez les personnes présentant des antécédents familiaux d’évanouissement ou de mort subite

Syndrome de Brugada, syndrome du QT long congénital, ou cardiomyopathie dilatée ou hypertrophique héréditaire

Chez les personnes qui saignent, ont de la fièvre, souffrent de douleur, ou ont perdu des fluides (suite à des vomissements ou une diarrhée par exemple)

Tachycardie sinusale

Intolérance à la chaleur, perte de poids, globes oculaires saillants, et sensibilité au toucher et/ou gonflement de l’avant du cou

Tachycardie sinusale ou fibrillation auriculaire due à une hyperthyroïdie

*Les caractéristiques incluent les symptômes et les résultats de l’examen médical. Les caractéristiques mentionnées sont typiques, mais ne sont pas toujours présentes.

TPSV = Tachycardie paroxystique supraventriculaire

Examens

Bien que la majorité des causes de palpitations ne soient pas graves, des tests sont généralement effectués.

  • Électrocardiographie (ECG), parfois avec surveillance ambulatoire

  • Analyses de laboratoire

  • Parfois, des études d’imagerie, des épreuves d’effort ou une combinaison des deux

  • Parfois, un examen électrophysiologique

Un ECG est effectué. Si un ECG est effectué pendant que la personne a des palpitations ou un pouls anormal, le diagnostic est généralement clair. Toutefois, seulement quelques-unes des causes potentielles produisent un ECG anormal quand les personnes n’ont pas de palpitations. Les patients dont les palpitations sont intermittentes peuvent avoir à porter un moniteur ECG pendant un ou deux jours (surveillance Holter, Enregistreur Holter : Des lectures ECG en continu) ou plus longtemps (enregistreur d’événement) pour détecter la présence de rythmes anormaux brefs ou irréguliers. Chez certaines personnes, les médecins peuvent insérer un dispositif sous la peau pour surveiller le rythme cardiaque. Ce dispositif est appelé « enregistreur en boucle » et suit les battements cardiaques en continu. Les médecins peuvent alors utiliser un moniteur externe pour vérifier l’enregistreur en boucle afin de détecter des troubles du rythme cardiaque. Certains produits disponibles dans le commerce, tels que les « fitness trackers », qui surveillent la fréquence cardiaque, et d’autres trackers qui surveillent les rythmes cardiaques, sont disponibles pour les smartphones et les montres.

Des analyses de laboratoire sont nécessaires. Les médecins effectuent une numération formule sanguine et mesurent les électrolytes sériques, notamment le potassium, le magnésium et le calcium. Les médecins peuvent mesurer d’autres substances dans le sang (marqueurs cardiaques) si la personne présente d’autres symptômes suggérant un syndrome coronarien aigu potentiel. Les médecins mesurent les taux d’hormones thyroïdiennes dans le sang s’ils suspectent une thyroïde hyperactive et mesurent les taux d’autres hormones chez les patients potentiellement atteints d’un phéochromocytome. D’autres examens peuvent être réalisés, en fonction des autres causes suspectées par les médecins.

Un examen d’imagerie est parfois nécessaire. Pour les personnes dont les résultats ECG suggèrent une maladie cardiaque, les médecins effectuent une échocardiographie et parfois une imagerie par résonance magnétique (IRM) du cœur. Les personnes présentant des symptômes à l’effort doivent parfois effectuer une épreuve d’effort avec une échocardiographie à l’effort ou un examen d’imagerie nucléaire.

Un examen électrophysiologique (EP) est effectué quand les symptômes de la personne sont sévères et que les médecins suspectent un trouble du rythme cardiaque dangereux non détecté par d’autres examens. Dans ce test, les médecins introduisent de petites électrodes dans le cœur à travers une veine. Les électrodes enregistrent l’activité électrique du cœur plus en détail qu’un ECG.

Traitement

Les médicaments et les substances comme la caféine qui sont connus pour aggraver les palpitations sont arrêtés. Si des arythmies dangereuses et débilitantes sont causées par un médicament thérapeutique nécessaire, les médecins essayent un autre médicament.

Les médecins rassurent généralement les personnes souffrant de battements auriculaires prématurés ou de battements ventriculaires prématurés qui ne sont pas causés par un trouble cardiaque. Si ces palpitations inoffensives sont très désagréables, les médecins prescrivent parfois un bêta-bloquant (un type d’anti-arythmisant). Les autres perturbations du rythme et troubles sous-jacents identifiés sont examinés et traités ( Troubles du rythme cardiaque). Les médecins commencent souvent par administrer des médicaments de contrôle du rythme (comme digoxine, flécaïnide, vérapamil, diltiazem, ou amiodarone). Toutefois, bon nombre de ces médicaments peuvent provoquer eux-mêmes des troubles du rythme ainsi que d’autres effets secondaires.

Pour certaines arythmies (par exemple, flutter auriculaire, TPSV et tachycardie par réentrée nodale atrioventriculaire), une ablation par radiofréquence, un traitement plus invasif, est souvent la meilleure option. En outre, si les médicaments ne sont pas efficaces ou si les personnes présentent certains troubles du rythme dangereux, les médecins peuvent prescrire des traitements invasifs comme la cardioversion par courant direct ou l’implantation d’une combinaison de stimulateur cardiaque et de défibrillateur. Le choix de la procédure dépend de l’affection spécifique qui cause la perturbation.

Aspects essentiels concernant les personnes âgées

Les personnes âgées sont particulièrement exposées aux effets secondaires des anti-arythmiques. Les personnes âgées sont susceptibles de présenter plusieurs problèmes de santé et prendre plusieurs médicaments, et ces combinaisons de médicaments peuvent les exposer à des effets secondaires. Chez les personnes âgées, les reins filtrent les médicaments du sang avec moins d’efficacité, ce qui contribue au risque d’effets secondaires. Certaines personnes âgées peuvent même avoir besoin d’un stimulateur cardiaque avant de pouvoir prendre des anti-arythmiques.

Points-clés

  • Les palpitations sont fréquentes et leurs causes sont nombreuses, d’offensives à potentiellement mortelles.

  • Les personnes présentant d’autres symptômes comme une sensation de vertige, une douleur ou une pression thoracique, ou des essoufflements peuvent avoir un problème grave et doivent consulter un médecin dans les plus brefs délais.

  • Un ECG et certaines analyses de sang sont effectués.

  • Le traitement dépend de la cause.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
CORDARONE
CARDIZEM, CARTIA XT, DILACOR XR
COMMIT, NICORETTE, NICOTROL
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
ECG : Lecture des ondes (animation)
Vidéo
ECG : Lecture des ondes (animation)
Un électrocardiogramme (ECG), illustré sur la droite, représente le mouvement d’une impulsion...
Modèles 3D
Tout afficher
Insuffisance cardiaque gauche : œdème pulmonaire
Modèle 3D
Insuffisance cardiaque gauche : œdème pulmonaire

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE