Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Hypothyroïdie chez le nourrisson et l'enfant

Par

Andrew Calabria

, MD, Perelman School of Medicine at The University of Pennsylvania

Dernière révision totale juil. 2020| Dernière modification du contenu juil. 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

L'hypothyroïdie est un déficit en hormones thyroïdiennes. Les symptômes chez les nourrissons comprennent une prise alimentaire insuffisante et un retard de croissance; les symptômes chez l'enfant plus âgé et l'adolescent sont semblables à ceux des adultes, auxquels s'ajoutent le retard de croissance et/ou le retard pubertaire. Le diagnostic biologique repose sur la mesure des fonctions thyroïdiennes (p. ex., dosage de la thyroxine sérique et de la TSH). Le traitement repose sur la supplémentation en hormones thyroïdiennes.

Étiologie

Les hypothyroïdies chez les nourrissons et les jeunes enfants peuvent être congénitales ou acquises.

Hypothyroïdie congénitale

L'hypothyroïdie congénitale atteint environ 1/2000 à 1/3000 nouveau-nés. La plupart des cas d'hypothyroïdie congénitale sont sporadiques, mais près de 10 à 20% sont héréditaires. Les causes comprennent habituellement

  • Dysgénésie de la glande (50 à 60% des cas)

  • Dyshormonogenèse (production anormale de l'hormone thyroïdienne, de 30 à 40% des cas)

La dysgénésie peut impliquer une ectopie (deux tiers des cas), une absence (agénésie) ou un défaut de développement (hypoplasie) de la thyroïde.

La dyshormonogenèse comprend plusieurs types, qui peuvent résulter d'un défaut dans l'une des étapes de la biosynthèse de l'hormone thyroïdienne ({blank} Goitre néonatal).

Rare aux États-Unis, mais fréquente dans certains pays en développement, l'hypothyroïdie est due à la carence en iode chez la mère. Le transfert transplacentaire des Ac antithyroïdiens maternels, de substances goitrogènes (p. ex., amiodarone), ou de médicaments antithyroïdiens (p. ex., propylthio-uracile, méthimazole) peut entraîner une hypothyroïdie néonatale transitoire. Une autre cause rare est l'hypothyroïdie centrale, qui est causée par des anomalies structurelles du développement de l'hypophyse; les patients ont généralement aussi d'autres déficits hypophysaires hormonaux.

Hypothyroïdie acquise

La cause la plus fréquente d'hypothyroïdie acquise aux États-Unis est

La thyroïdite auto-immune est observée au cours de l'enfance et de l'adolescence. Environ 50% des enfants atteints ont des antécédents familiaux de maladie thyroïdienne auto-immune.

Moins fréquemment, l'hypothyroïdie peut survenir après une radiothérapie de la tête et du cou pour certains cancers, après irradiation corporelle totale en préparation d'une greffe de moelle osseuse et secondaire à certains médicaments (p. ex., antiépileptiques, lithium, amiodarone, inhibiteurs de tyrosine kinase). L'hypothyroïdie permanente est également l'objectif du traitement radical de la maladie de Graves-Basedow (voir traitement de l'hyperthyroïdie chez les nourrissons et les enfants) ou cancer de la thyroïde.

La carence en iode reste la cause d'hypothyroïdie la plus répandue dans le monde chez les enfants, mais elle est rare aux États-Unis. La carence en iode peut survenir chez les enfants dont le régime alimentaire est limité en raison d'allergies alimentaires multiples ou chez ceux qui sont sous nutrition parentérale à long terme.

Symptomatologie

La symptomatologie de l'hyperthyroïdie chez le nourrisson et le jeune enfant diffère de celle de l'adolescent et de l'adulte. En cas de carence en iode très précoce au cours de la grossesse, les nourrissons peuvent présenter un retard de croissance important, des traits du visage grossiers, un retard intellectuel et une spasticité. La plupart des autres nourrissons hypothyroïdiens sont au départ peu ou pas symptomatiques et ne sont détectés que lors du dépistage du nouveau-né.

Les symptômes s'ils surviennent peuvent être subtils ou se développer lentement parce qu'une certaine quantité d'hormones thyroïdiennes maternelles traversent le placenta. Cependant, après que l'hormone thyroïdienne maternelle ait été métabolisée, si la cause sous-jacente de l'hypothyroïdie persiste et si l'hypothyroïdie reste non diagnostiquée ou non traitée, elle ralentit habituellement le développement du système nerveux central, de modérément à sévèrement, qui peut être accompagné par une baisse du tonus musculaire, une perte auditive neurosensorielle, une hyperbilirubinémie prolongée, une hernie ombilicale, une détresse respiratoire, une macroglossie, de grandes fontanelles, une prise alimentaire insuffisante, et un cri rauque. Exceptionnellement, un retard au diagnostic et au traitement d'une hypothyroïdie congénitale profonde induit un retard intellectuel et une petite taille.

Certains signes d'hypothyroïdie chez l'enfant plus âgé et l'adolescent sont similaires à ceux des adultes (p. ex., prise de poids; fatigue; constipation; cheveux secs et épais; teint cireux, peau froide, marbrée, traits grossier, {blank} Hypothyroïdie : Symptomatologie). Les signes spécifiques à l'enfant sont un retard de croissance, un retard de maturation osseuse et habituellement, un retard pubertaire.

Diagnostic

  • Dépistage néonatal systématique

  • Tests des fonctions thyroïdiennes

  • Parfois, échographie de la thyroïde ou scintigraphie

(Voir aussi the European Society for Paediatric Endocrinology's consensus guidelines on screening, diagnosis, and management of congenital hypothyroidism.)

Le dépistage néonatal systématique permet de détecter l'hypothyroïdie congénitale avant que les signes cliniques ne soient évidents (1). Si le dépistage est positif, une confirmation est nécessaire en effectuant des tests des fonctions thyroïdiennes, dont la mesure de la thyroxine sérique libre (T4 libre) et de la TSH. Ces dosages thyroïdiens sont également effectués chez l'enfant plus âgé et l'adolescent chez qui une hypothyroïdie est suspectée. La T4 libre est une meilleure mesure de la fonction thyroïdienne que la T4 totale chez ces patients parce que les taux des protéines fixant la thyroïde (globuline fixant la thyroïde, transthyrétine et albumine) modifie les taux de T4. La mesure des taux de triiodothyronine (T3) est rarement utile dans le diagnostic de l'hypothyroïdie car il s'agit du dernier test à donner des résultats anormaux et il ne doit pas être pratiqué chez la plupart des patients. Les taux de reverse T3 mesurent la forme métaboliquement inactive de T3; la reverse T3 augmente pendant les périodes de maladie ou de famine et ne doit pas être mesuré pour diagnostiquer l'hypothyroïdie.

L'hypothyroïdie congénitale profonde, même rapidement supplémentée, peut exceptionnellement entraîner des anomalies mineures du développement et un risque accru de surdité neurosensorielle. La perte auditive peut être si modérée que le dépistage initial peut ne pas la détecter, mais elle peut perturber l'acquisition du langage. Un nouveau test auditif est préconisé à la fin de la petite enfance pour détecter une légère surdité.

Lorsqu'une hypothyroïdie congénitale est diagnostiquée, une scintigraphie (au pertechténate de technetium-99m ou à l'I-123) ou une échographie peuvent être effectuées pour évaluer la taille et l'emplacement de la glande thyroïde et donc permettre de distinguer une anomalie structurelle (c'est-à-dire, dysgénésie thyroïdienne) d'anomalies de dyshormonogenèse et d'anomalies transitoires.

Chez les enfants plus âgés et les adolescents suspectés d'hypothyroïdie (TSH élevée et T4/T4 libre basses), les titres d'anticorps anti-thyroïde (contre la peroxydase thyroïdienne et la thyroglobuline) doivent être mesurés pour rechercher une thyroïdite auto-immune. L'échographie thyroïdienne n'est pas nécessaire pour établir le diagnostic de thyroïdite auto-immune et doit être limitée aux enfants qui ont une asymétrie de la glande thyroïde ou des nodules thyroïdiens palpables.

L'hypothyroïdie centrale se manifeste par un tableau de T4 basse et de TSH non élevée. Les enfants dont l'hypothyroïdie centrale est confirmée doivent subir une IRM du cerveau et de l'hypophyse pour exclure les lésions du système nerveux central.

Références pour le diagnostic

  • 1. Wassner AJ: Congenital hypothyroidism. Clin Perinatol 45(1):1–18, 2018. doi: 10.1016/j.clp.2017.10.004

Traitement

  • Opothérapie substitutive par l'hormone thyroïdienne

La majorité des nourrissons traités ont un développement intellectuel et moteur normal.

(Voir aussi the American Thyroid Association Task Force on Thyroid Hormone Replacement's guidelines for the treatment of hypothyroidism.)

Quand traiter

La plupart des cas d'hypothyroïdie congénitale nécessitent une substitution en hormones thyroïdiennes à vie. Cependant, si le taux de TSH initial est < 40 mU/L, qu'aucune base organique n'est établie, et si la maladie est considérée transitoire (en se basant sur une non augmentation de la dose depuis l'enfance), on peut essayer d'arrêter le traitement après l'âge de 3 ans, date à laquelle l'essai ne présentera aucun danger pour le développement du système nerveux central. Si la TSH augmente une fois le traitement arrêté (généralement après environ 6 semaines de traitement) et que la T4 ou la T4 libre sont basses, l'hypothyroïdie congénitale permanente est confirmée et le traitement doit être redémarré. Le déficit en Thyroxine-binding globulin, détecté par un dépistage qui repose principalement sur la mesure de la T4 sérique totale, ne nécessitent pas de traitement parce que les nourrissons affectés ont un taux de T4 libre et de TSH normaux et sont donc euthyroïdiens.

Les enfants plus âgés qui ont de légères élévations de la TSH (< 10 mU/L) et des taux de T4 ou de T4 libre normaux sont considérés comme ayant une hypothyroïdie infraclinique qu'ils aient ou non des auto-anticorps anti-thyroïdiens. Ces enfants ne nécessitent pas de remplacement de la thyroïde, à moins qu'ils ne développent des symptômes d'hypothyroïdie ou un goitre ou en cas d'augmentation des taux de TSH.

Protocoles de traitement

En cas d'hypothyroïdie congénitale, le traitement par la L-thyroxine 10 à 15 mcg/kg par voie orale 1 fois/jour doit débuter immédiatement et doit être étroitement surveillé. Ce dosage est destiné à rapidement (en 2 semaines) ramener le taux sérique de T4 à la moitié supérieure de la plage normale pour l'âge (entre 10 mcg/dL [129 nmol/L] et 15 mcg/dL193 nmol/L]) et à rapidement (en 4 semaines) réduire la TSH.

Dans l'hypothyroïdie acquise, le dosage initial habituel de la L-thyroxine est basé sur la surface corporelle (100 mcg/m2 par voie orale 1 fois/jour) ou sur l'âge et le poids comme suit:

  • De 1 à 3 ans: 4 à 6 mcg/kg 1 fois/jour

  • De 3 à 10 ans: 3 à 5 mcg/kg par voie orale 1 fois/jour

  • Pour les âges de 10 à 16 ans: 2 à 4 mcg/kg 1 fois/jour

  • Pour les âges ≥ 17 ans: 1,6 mcg/kg 1 fois/jour

Pour les deux formes d'hypothyroïdie, la dose est ajustée pour maintenir les taux de T4 et de TSH dans la fourchette normale pour l'âge.

Le traitement de remplacement thyroïdien doit être administré uniquement sous forme de comprimé, qui peut être broyé et transformé en pâte pour bébés; il ne doit pas être administré en même temps qu'une formule au soja, ou avec des suppléments de fer ou de calcium, qui peuvent tous diminuer l'absorption de l'hormone thyroïdienne.

Surveillance

Les enfants sont surveillés plus étroitement pendant les premières années de vie:

  • Tous les 1 à 2 mois au cours des 6 premiers mois

  • Tous les 3 à 4 mois entre l'âge de 6 mois et de 3 ans

  • Tous les 6 à 12 mois de l'âge de 3 ans à la fin de la croissance

Les enfants plus âgés peuvent être surveillés plus fréquemment en cas d'inquiétudes à propos de l'observance. Après un ajustement de la posologie chez l'enfant plus âgé, les taux de TSH et de T4 sont mesurés au cours des 6 à 8 semaines suivantes.

Points clés

  • L'hypothyroïdie chez les nourrissons est habituellement congénitale; les causes acquises deviennent plus fréquentes avec l'âge.

  • La plupart des causes congénitales impliquent une dysgénésie de la glande, mais des troubles génétiques affectant la synthèse des hormones thyroïdiennes peuvent se produire.

  • La plupart des nourrissons hypothyroïdiens sont détectés par le dépistage néonatal de routine.

  • Confirmer le diagnostic par le dosage de la thyroxine sérique (T4) libre et de la TSH (thyroid-stimulating hormone); s'il est confirmé, pratiquer des examens d'imagerie pour détecter des troubles structurels de la thyroïde.

  • Traiter par L-thyroxine, ajuster la dose pour maintenir les taux de T4 et de TSH dans la plage normale pour l'âge.

Plus d'information

Ce qui suit sont des ressources en anglais qui peuvent être utiles. S'il vous plaît noter que LE MANUEL n'est pas responsable du contenu de ces ressources.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
CORDARONE
LITHOBID
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE