Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Collecte du sang

Par

Ravindra Sarode

, MD, The University of Texas Southwestern Medical Center

Dernière révision totale mai 2020| Dernière modification du contenu mai 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

Plus de 21 millions d'unités de produits sanguins sont transfusées annuellement aux États-Unis, provenant d'environ 7 millions de donneurs volontaires (1). Bien que la transfusion soit probablement plus sûre que jamais, le risque (et la perception publique du risque) est tel que le consentement éclairé du patient est obligatoire, quand son recueil est possible.

Aux États-Unis, les règles de la collecte, de la conservation et du transport du sang et de ses composants ont été établies et standardisées par la FDA, par l'AABB (précédemment connus comme l'American Association of Blood Banks) et parfois par les autorités sanitaires locales ou des États des États-Unis. La sélection du donneur comprend un questionnaire précis portant notamment sur sa santé et un entretien avec un médecin; la mesure de la température, de la fréquence cardiaque, et de la PA; et la mesure de l'hémoglobine. Certains donneurs potentiels sont temporairement ou définitivement exclus du don (voir tableau Causes du report ou de contre-indication au don du sang). Les critères d'exclusion visent à protéger les donneurs des effets indésirables potentiels d'un don et les receveurs d'une pathologie liée à la transfusion.

Les dons de sang total sont limités à une fois tous les 56 jours, tandis que les dons d'aphérèse de globules rouges (dons de 2 fois la quantité habituelle de globules rouges en une seule séance, le plasma séparé étant retourné au donneur) sont limités à une fois tous les 112 jours. Le don de plaquettes par aphérèse est limité à 1 fois toutes les 72 heures, avec un maximum de 24/an. Sauf rares exceptions, les donneurs de sang ne sont pas rétribués. (Voir aussi the American Red Cross pour des informations concernant la capacité de donner un organe.)

Tableau
icon

Causes du report ou de contre-indication au don du sang

Raison

Résultat du don

Commentaire

SIDA ou participation à certaines activités à haut risque*

Contre-indication

Comprend tout test positif pour le VIH

Les activités à risque élevé comprennent les suivantes

  • Toxicomanie IV (quel que soit le moment dans le passé)

  • Prostitution (qui a été pratiquée même dans le passé)

Activités qui augmentent le risque d'infection par le VIH*

Différer

La FDA a modifié les recommandations pour certaines activités à haut risque de refus à différer pendant 12 après mois de la dernière activité de ce type. Les activités comprennent les suivantes

  • Hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes et femmes qui ont des rapports sexuels avec hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes

  • Contact sexuel avec une personne qui a déjà eu un test de dépistage du VIH positif, qui a déjà eu des rapports sexuels contre paiement ou qui a déjà utilisé des drogues intraveineuses

Différer

Dons permis après résolution de l'anémie

Utilisation d' insuline bovine (en raison du risque de variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob)

Contre-indication

Sujets qui ont reçu de l' insuline bovine depuis 1980: non éligible au don

Cancer

Contre-indication

Certaines personnes atteintes de formes limités et curables de cancer (p. ex., petits cancers cutanés): peuvent être éligibles au don

Contre-indication

Médicaments (sélectionnés)

Différer

La période d'attente dépend du médicament, par exemple:

  • Finastéride: différer de 1 mois après la dernière dose

  • Isotrétinoïne: différer de 1 mois après la dernière dose

  • Dutastéride: différer de 6 mois après la dernière dose

  • Acitrétine: différer pendant 3 ans après la dernière dose

  • Étrétinate: différer définitivement

Exposition aux hépatites

Différer

Attendre 12 mois après une éventuelle exposition

Contre-indication

Inéligible au don si un diagnostic d'hépatite virale B ou C a déjà été posé, ou si un test de dépistage de l'hépatite virale B ou C a été effectué et s'est révélé positif

HTA

Différer

Différer le don jusqu'à ce la pression artérielle soit contrôlée

Paludisme ou exposition au paludisme

Différer

Attendre 3 ans après le traitement d'un paludisme ou après le retour d'un sujet résidant dans une région où le paludisme est endémique; attendre 12 mois après un voyage en région dans laquelle le paludisme est endémique

Personnel militaire résidant dans des bases des États-Unis en Europe à risque de variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob

Contre-indication

Royaume-Uni, Allemagne, Belgique, Pays-Bas: 6 mois entre 1980 et 1990

Ailleurs en Europe: 6 mois entre 1980 et 1996

Grossesse

Différer

Attendre 6 semaines après accouchement

Asthme grave

Contre-indication

Maladie cardiaque grave

Contre-indication

Résidence au Royaume-Uni ou en Europe pour les sujets à risque de variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob

Contre-indication

Royaume-Uni: séjours cumulés de > 3 mois entre 1980 et 1996

Europe (sauf France): séjours cumulés de 5 ans depuis 1980

France: séjours cumulés de > 5 ans depuis 1980

Tatouage

Différer

Attendre 12 mois

Transfusion qui peut augmenter le risque de maladie de Creutzfeldt-Jakob

Différer

Attendre 12 mois

Contre-indication

Receveurs de tout produit sanguin depuis 1980 au Royaume-Uni

Vaccinations (sélectionnées)

Différer

La durée du report dépend du type de vaccination:

  • Vaccins de type anatoxines, synthétiques, virus ou bactéries tués, rickettsies† chez les donneurs n'ayant pas de symptômes et apyrétiques: aucun report

  • Vaccin contre rougeole, oreillons, polio (Sabin) ou typhoïde (oral)‡: différer de 2 semaines

  • Vaccins contre la rubéole ou la varicelle‡: différer de 4 semaines

Différer

En ce qui concerne l'infection récente par le virus Zika, la FDA des États-Unis recommande un report de 120 jours à partir de la résolution des symptômes ou du dernier test positif, en se référant à la période la plus longue

La FDA ne recommande plus le dépistage des facteurs de risque des donneurs; au lieu de cela, le sang des donneurs doit être testé pour Zika

*Se rapporte au Guidance document de la FDA de Dec 2015: Revised Recommendations for Reducing the Risk of Human Immunodeficiency Virus Transmission by Blood and Blood Products. http://www.fda.gov/downloads/BiologicsBloodVaccines/GuidanceComplianceRegulatoryInformation/Guidances/Blood/UCM446580.pdf

Ces vaccins comprennent ceux contre le charbon (anthrax), le choléra, la diphtérie, l'hépatite A et B, la grippe, maladie de Lyme, la paratyphoïde, la coqueluche, la peste, le vaccin pneumococcique polysaccharidique, la poliomyélite (Salk), les vaccins contre la fièvre pourprée des Montagnes Rocheuses, le tétanos et la typhoïde.

‡ Chez le receveur d'autres vaccins vivants atténués viraux ou bactériens, on peut reporter de 2 ou 4 semaines, suivant le vaccin.

FDA = US Food and Drug Administration; UK = Royaume-Uni.

Pour un don de sang standard, 450 mL de sang total sont recueillis dans une poche stérile en matière plastique contenant un anticoagulant. Le sang total ou les concentrés de globules rouges préparés dans du citrate-phosphate-glucose-adénine (CPDA) peuvent être conservés 35 jours. Les concentrés de globules rouges peuvent être conservés 42 jours si une solution physiologique-adénine-glucose est ajoutée.

Le don autologue, qui consiste à utiliser le propre sang du patient est une méthode de transfusion moins préférable. Si effectué avant la chirurgie programmée, jusqu'à 3 ou 4 unités de sang total ou de concentrés de globules rouges sont collectées dans les 2 à 3 semaines qui précèdent l'intervention. On administre au patient des suppléments de fer. Un tel don autologue électif peut être envisagé lorsque du sang apparié est difficile à obtenir parce que le patient a produit des anticorps dirigés contre les antigènes des globules rouges ou à un type de sang rare. Des techniques spéciales de récupération de sang sont également disponibles pour l'autotransfusion du sang lors d'hémorragies survenant au cours d'un traumatisme ou au cours des interventions chirurgicales.

Références générales

Tests prétransfusionnels

Les tests sanguins du donneur comprennent le

Les tests de compatibilité chez le receveur comprennent la détermination des groupes ABO et Rho(D); la recherche d'allo-Ac plasmatiques dirigés contre d'autres Ag érythrocytaires; et un test de cross-match pour s'assurer que le plasma du receveur est compatible avec les Ag des globules rouges du donneur. Ces tests de compatibilité sont effectués avant une transfusion; cependant, en cas d'urgence, on effectue ces tests après avoir procédé à la distribution des produits sanguins depuis la banque. Cela peut également permettre de diagnostiquer les réactions transfusionnelles.

L'ajout d'un cross-match au typage ABO/Rh et le dépistage des Ac augmentent la détection de l'incompatibilité de seulement 0,01%. Par conséquent, de nombreux hôpitaux pratiquent des cross-matchs électroniques plutôt que des cross-matchs physiques in vitro chez les patients qui ont un dépistage des anticorps négatif. Si le receveur possède un Ac anti-globules rouges cliniquement dangereux, la transfusion est limitée aux concentrés de globules rouges négatifs pour l'Ag correspondant; les autres tests de compatibilité consistent à combiner le sérum du patient, les globules rouges du ou des donneurs, et une globuline anti-humaine. Chez les receveurs sans Ac anti-globules rouges cliniquement importants, un cross-match rapide, sans l'étape de l'antiglobuline, confirme la compatibilité ABO.

La transfusion d'urgence est effectuée lorsqu'on ne dispose pas de suffisamment de temps (généralement < 60 min) pour le test de compatibilité car le patient est en choc hémorragique. Quand on dispose de suffisamment de temps (environ 10 min), du sang ABO/Rh spécifique peut être administré. Dans des circonstances d'extrême urgence, des globules rouges de groupe O sont transfusés si le type ABO est incertain, et du sang Rh négatif est administré à des femmes en âge de procréer si le Rh est incertain; sinon, du sang O Rh négatif ou positif peut être utilisé.

La procédure de détermination de groupe sanguin peut être demandée dans des circonstances qui ne nécessitent pas nécessairement de transfusion, telles que certaines chirurgies. Le sang du patient est testé pour détecter les Ag ABO/Rh et les Ac irréguliers. Si les Ac sont absents et que le patient doit être transfusé, des globules rouges compatibles ABO/Rh sont transfusés sans la phase antiglobuline du cross-match (dite épreuve de compatibilisation [ou cross-match]). Si un Ac irrégulier est présent, le test de compatibilisation est nécessaire.

Typage ABO et Rho

La détermination du groupe ABO du sang du donneur et du receveur est effectuée afin d'éviter la transfusion de globules rouges incompatibles (voir figure Groupes de globules rouges compatibles). La règle veut que le sang transfusé soit compatible pour le système ABO entre donneur et receveur. Dans les situations d'urgence ou quand la détermination du système ABO est incertaine ou inconnue, des concentrés de globules rouges de groupe O Rh négatif (mais pas du sang total, voir Hémolyse aiguë transfusionnelle), qui ne contiennent ni les Ag A, ni les Ag B, peuvent être utilisés quel que soit le groupe ABO du patient.

Groupes de globules rouges compatibles

Groupes de globules rouges compatibles

La détermination du groupe Rh détermine si le facteur Rho(D) est présent sur les globules rouges (Rh positifs) ou absent des globules rouges (Rh-négatifs). Les patients Rh négatifs doivent toujours recevoir du sang Rh négatif, sauf en cas d'urgence vitale si du sang Rh négatif est indisponible. Les patients Rh positifs peuvent recevoir du sang Rh positif ou Rh négatif. Parfois, les globules rouges de certains patients Rh positifs réagissent faiblement lors de la détermination Rh standard (D faible ou Du, positif), mais ces sujets sont également considérés comme Rh positifs.

Dépistage des anticorps

La recherche d'Ac irréguliers anti-globules rouges est effectuée systématiquement sur le sang du receveur potentiel et pendant la période prénatale lors des bilans sanguins maternels. Les Ac irréguliers anti-globules rouges sont spécifiques des Ag des groupes autres que A et B [p. ex., Rho(D), Kell (K), Duffy (Fy)]. La détection précoce est importante, car ces Ac peuvent déclencher des réactions hémolytiques post-transfusionnelles graves ou une maladie hémolytique du nouveau-né, et leur présence peuvent sérieusement compliquer les épreuves de compatibilité croisée (cross-match) et retarder l'obtention de sang compatible.

Le test indirect à l'antiglobuline (test de Coombs indirect) est utilisé pour rechercher des Ac irréguliers anti-globules rouges (voir figure Test indirect à l'antiglobuline [de Coombs indirect]). Ce test peut être positif en présence d'un Ac contre un groupe sanguin inattendu ou lorsque des Ac libres (non liés aux globules rouges) sont présents dans les anémies hémolytiques auto-immunes. Les globules rouges du réactif sont ajoutés au sérum ou au plasma du patient, incubés, lavés, testés avec une gammaglobuline anti-humaine et enfin observés à la recherche d'une agglutination. Une fois qu'un Ac a été détecté, sa spécificité doit être déterminée. La connaissance de la spécificité de l'Ac aide à déterminer sa signification clinique, à choisir le sang compatible et à gérer la maladie hémolytique du nouveau-né.

Test indirect à l'antiglobuline (de Coombs indirect)

Le test indirect à l'antiglobuline (de Coombs indirect) est utilisé pour détecter les Ac IgG contre les globules rouges présents dans le plasma d'un patient. Le plasma du patient est incubé avec des globules rouges réactifs; puis du sérum de Coombs (Ac contre les IgG humaines ou anti-IgG humaines) est ajouté. Si une agglutination se produit, des Ac IgG (auto- ou allo-Ac) contre les globules rouges sont présents. Ce test est également utilisé pour déterminer la spécificité d'un allo-Ac.

Test indirect à l'antiglobuline (de Coombs indirect)

Le test direct à l'antiglobuline (test de Coombs direct) détecte in vivo les Ac fixés sur les globules rouges d'un patient (voir figure Test direct à l'antiglobuline (de Coombs direct)). Il est utilisé lorsqu'une hémolyse à médiation immune est suspectée. Les globules rouges du patient sont directement testés avec des gammaglobulines anti-humaines à la recherche d'une agglutination. Un résultat positif, s'il est corrélé à des signes cliniques et à des signes cliniques d'hémolyse, évoque une anémie hémolytique auto-immune, une hémolyse induite par les médicaments, une réaction post-transfusionnelle ou une maladie hémolytique du nouveau-né.

Test direct à l'antiglobuline (de Coombs direct)

Le test direct à l'antiglobuline (de Coombs direct) est utilisé pour déterminer si les Ac qui se lient aux globules rouges (IgG) ou du complément (C3) sont présents sur la membrane des globules rouges. Les globules rouges du patient sont incubés avec des Ac anti-IgG humaines et avec du C3. Si des IgG ou C3 se lient aux membranes du globule rouge, une agglutination se produit, le résultat est positif. Un résultat positif suggère la présence d'auto-Ac contre les globules rouges. Un faux positif peut survenir et ne correspond pas toujours à une hémolyse. Ainsi, les résultats doivent toujours être corrélés avec les signes et symptômes cliniques.

Test direct à l'antiglobuline (de Coombs direct)

Un titrage des Ac est effectué quand un Ac anti-globules rouges cliniquement important et inattendu est identifié dans le sérum d'une femme enceinte ou chez un patient présentant une maladie à agglutinines froides. Le titre d'anticorps maternel est assez bien corrélé avec la sévérité de la maladie hémolytique du fœtus incompatible et est souvent utilisé pour guider le traitement de la maladie hémolytique du nouveau-né avec l'échographie et l'étude du liquide amniotique.

Dépistage des maladies infectieuses

Les produits sanguins donnés sont testés pour la présence d'un certain nombre d'agents infectieux.

Tableau
icon

Examens pour mettre en évidence la possibilité de transmission de maladies infectieuses

Agent infectieux

Type d'examens complémentaires

Babesia microti (babésiose)

Tests des acides nucléiques et des anticorps (en régions endémiques de Babesia)

Virus de l'hépatite B

Dosage de l'HBsAg, de l'anti-HBc, des acides nucléiques viraux

Recherche des Ac et recherche de l'acide nucléique viral

VIH

Recherche de l'acide nucléique viral

HIV-1 et HIV-2

Recherche des Ac

Human T-cell lymphotropic virus (HTLV) 1 et 2

Recherche des Ac

Treponema pallidum (syphilis)

Tests antigéniques

Trypanosoma cruzi (maladie de Chagas)

Recherche des Ac

Virus West Nile (virus du Nil occidental)

Recherche de l'acide nucléique viral

Recherche de l'acide nucléique viral

Anti-HBc = anticorps contre le noyau de l'hépatite B; HBsAg = antigène de surface de l'hépatite B.

Plus d'information

Ce qui suit sont des ressources en anglais qui peuvent être utiles. S'il vous plaît noter que LE MANUEL n'est pas responsable du contenu de ces ressources.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE