Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Revue générale des maladies intestinales inflammatoires chroniques

Par

Aaron E. Walfish

, MD, Mount Sinai Medical Center;


Rafael Antonio Ching Companioni

, MD, Digestive Diseases Center

Dernière révision totale juin 2020| Dernière modification du contenu juin 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

L'inflammation résulte d'une réponse immunitaire à médiation cellulaire au niveau de la muqueuse digestive. L'étiologie exacte de la maladie inflammatoire intestinale est inconnue mais les données actuelles suggèrent que la flore intestinale normale déclenche une réaction immunitaire inappropriée chez des patients qui ont une prédisposition génétique multifactorielle (impliquant peut-être des anomalies de la barrière épithéliale et des défenses immunitaires au niveau de la muqueuse). Aucune cause environnementale, alimentaire ou infectieuse spécifique n'a été identifiée. La réaction immunitaire implique la libération des médiateurs inflammatoires, dont des cytokines, des interleukines et le TNF (Tumor Necrosis Factor).

Bien que la maladie de Crohn et la rectocolite ulcéro-hémorragique possèdent des caractères communs, elles peuvent être différenciées dans la plupart des cas ( Diagnostic différentiel de la maladie de Crohn et de la rectocolite ulcéro-hémorragique Diagnostic différentiel de la maladie de Crohn et de la rectocolite ulcéro-hémorragique Les maladies intestinales inflammatoires, qui comprennent la maladie de Crohn et la rectocolite ulcéro-hémorragique et les colites non classées sont des maladies récidivantes caractérisées par... en apprendre davantage ). Environ 10% des cas de colite ne peuvent pas être distingués au départ et sont référencés sous le terme «non classés»; si un prélèvement pathologique chirurgical ne peut pas être classé, il est étiqueté «colite indéterminée». Le terme de colite ne doit être appliqué qu'aux maladies inflammatoires du côlon (p. ex., hémorragique, granulomateuse, ischémique, radique, infectieuse). Colite spasmodique (muqueuse) est un terme inapproprié quelquefois utilisé pour un trouble fonctionnel, correspondant au syndrome du côlon irritable Syndrome de l'intestin irritable Le syndrome de l’intestin irritable est caractérisé par une gêne ou une douleur abdominale récurrentes accompagnées par au moins deux des éléments suivants: soulagement par la défécation, associé... en apprendre davantage .

Tableau
icon

Épidémiologie

La maladie intestinale inflammatoire touche des sujets de tous âges, mais elle débute habituellement avant l'âge de 30 ans, avec un pic d'incidence entre 14 et 24 ans. Les maladies intestinales inflammatoires peuvent avoir un second pic moins important d'incidence entre 50 et 70 ans; cependant, ce pic tardif pourrait inclure des cas de colite ischémique.

La maladie intestinale inflammatoire est plus fréquente chez les sujets originaires du Nord de l'Europe et des pays anglo-saxons et elle est 2 à 4 fois plus fréquente chez les juifs Ashkénazes que chez les blancs non juifs de la même zone géographique. L'incidence est plus basse en Europe centrale et du Nord et encore plus basse en Amérique du Sud, en Asie et en Afrique. Cependant, l'incidence est en augmentation chez les Noirs et les Sud-Américains vivant en Amérique du Nord. Les 2 sexes sont touchés de manière égale. Les parents au premier degré d'un patient qui présente une maladie intestinale inflammatoire ont un risque augmenté de 4 à 20 fois; et leur risque absolu peut aller jusqu'à 7%. La tendance familiale est beaucoup plus marquée dans la maladie de Crohn que dans la rectocolite ulcéro-hémorragique. Plusieurs mutations génétiques augmentant le risque de maladie de Crohn (mais également de rectocolite ulcéro-hémorragique) ont été identifiées.

Le tabac semble contribuer à développer ou à aggraver une maladie de Crohn, mais diminue le risque de rectocolite ulcéro-hémorragique. L'appendicectomie faite pour traiter l'appendicite semble également réduire le risque de rectocolite ulcéro-hémorragique. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent aggraver les maladies intestinales inflammatoires. Les contraceptifs oraux peuvent augmenter le risque de maladie de Crohn. Certaines données suggèrent que les maladies périnatales et la prise d’antibiotiques pendant l’enfance seraient associées à un risque accru de maladie intestinale inflammatoire.

Pour des raisons obscures, les sujets dont le statut socio-économique est plus élevé pourraient présenter un risque accru de maladie de Crohn.

Pièges à éviter

  • Le tabagisme diminue le risque de rectocolite ulcéro-hémorragique.

Manifestations extra-intestinales

La maladie de Crohn et la rectocolite ulcéro-hémorragique touchent d'autres organes que le tube digestif. La plupart des manifestations extra-intestinales sont plus fréquentes en cas de rectocolite ulcéro-hémorragique ou de maladie de Crohn colique qu'en cas de maladie de Crohn limitée à l'intestin grêle. Les manifestations extra-intestinales de la maladie intestinale inflammatoire sont classées en 3 catégories:

2. Manifestations de toute évidence associées à la maladie intestinale inflammatoire mais évoluant indépendamment de l'activité de celle-ci: celles-ci comprennent la spondylarthrite ankylosante Spondylarthrite ankylosante La spondylarthrite ankylosante est la spondyloarthropathie prototypique et c'est une maladie systémique caractérisée par une inflammation du squelette axial, des grosses articulations périphériques... en apprendre davantage Spondylarthrite ankylosante , la sacro-iléite, l'uvéite Revue générale des uvéites L'uvéite est définie comme une inflammation du tractus uvéal, l'iris, le corps ciliaire et la choroïde. Cependant, la rétine et le liquide de la chambre antérieure et le vitré sont souvent impliqués... en apprendre davantage Revue générale des uvéites , le pyoderma gangrenosum Pyoderma gangrenosum Le pyoderma gangrenosum est une nécrose cutanée chronique, neutrophile et progressive d'étiologie inconnue souvent associée à une maladie systémique et parfois une blessure cutanée. Le diagnostic... en apprendre davantage Pyoderma gangrenosum et la cholangite sclérosante primitive Cholangite sclérosante primitive La cholangite sclérosante primitive est une inflammation diffuse, une fibrose et une sténose les canaux biliaires, elle n'a pas de cause connue. Cependant, 80% des patients ont aussi une maladie... en apprendre davantage . La spondylarthrite ankylosante est plus fréquente chez les patients porteurs d'une maladie intestinale inflammatoire et de l'Ag HLA (human leukocyte antigen)-B27. La plupart des patients présentant une atteinte sacro-iliaque ou vertébrale ont une uvéite et vice-versa. La cholangite sclérosante primitive, facteur de risque de cancer des voies biliaires, est très fortement associée à la rectocolite ulcéro-hémorragique ou à la maladie de Crohn colique. L'angiocholite peut se manifester avant ou simultanément à la maladie intestinale ou survenir même 20 ans après la colectomie. Les maladies hépatiques (p. ex., stéatose hépatique, hépatite auto-immune, péricholangite, cirrhose) surviennent chez 3 à 5% des patients, bien que des anomalies mineures du bilan hépatique soient plus fréquentes. Certaines de ces manifestations (p. ex., cholangite sclérosante primitive) peuvent précéder de nombreuses années la maladie intestinale inflammatoire et, lorsqu'elles sont diagnostiquées, il faut rechercher systématiquement une maladie intestinale inflammatoire.

3. Manifestations en rapport avec des perturbations de la physiologie intestinale: celles-ci sont principalement observées dans les formes sévères de maladie de Crohn de l'intestin grêle. La malabsorption Revue générale des malabsorptions La malabsorption est une assimilation insuffisante des substances alimentaires due à des anomalies de la digestion, de l'absorption ou du transport des nutriments. La malabsorption peut affecter... en apprendre davantage peut être due à une résection iléale étendue et entraîner des carences en vitamines liposolubles, en vitamine B12, et en minéraux, aboutissant à une anémie, à une hypocalcémie, à une hypomagnésémie, à des troubles de la coagulation et à une déminéralisation osseuse. Chez l'enfant, la malabsorption freine la croissance et le développement. Les autres manifestations pathologiques comprennent les calculs rénaux en rapport avec une absorption alimentaire excessive d'oxalate de calcium, une urétérohydronéphrose par compression de l'uretère par un processus inflammatoire intestinal, des calculs biliaires liés à la diminution de la réabsorption iléale des sels biliaires et une amylose secondaire à une maladie inflammatoire et suppurative ancienne.

Un accident thrombo-embolique peut survenir du fait de multiples facteurs résultant des 3 catégories de troubles.

Traitement de la maladie intestinale inflammatoire

Soins de support

La plupart des patients et de leurs familles sont intéressés par les régimes alimentaires et la prise en charge du stress. Bien qu'il existe des rapports anecdotiques d'amélioration clinique avec certains régimes alimentaires, dont un avec des restrictions sévères en glucides, les études contrôlées n'ont pas montré de bénéfices de ces régimes compatibles. La prise en charge du stress peut être utile.

Maintien de l'état de santé en cas de maladie intestinale inflammatoire

Vaccinations

Les patients qui ont une maladie intestinale inflammatoire doivent chaque année être vacciné contre la grippe Vaccin antigrippal Selon les recommendations de l'OMS et des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), les vaccins contre la grippe sont modifiés tous les ans pour inclure les souches les plus fréquentes... en apprendre davantage et vacciné contre le pneumocoque Vaccin contre le pneumocoque Les pneumococcies (p. ex., otite moyenne, pneumonie, sepsis, méningite) sont causées par certains des > 90 sérotypes de Streptococcus pneumoniae (pneumocoques). Les vaccins sont dirigés contre... en apprendre davantage . Les patients de > 50 ans qui ne reçoivent pas de traitement immunosuppresseur à haute dose (p. ex., > 20 mg/jour de prednisone ou équivalent, d'agents biologiques ou d'agents à petites molécules) doivent envisager de recevoir une vaccination contre le zona (herpes zoster) Vaccin contre l'herpes zoster (zona) La varicelle et le zona (herpes zoster) sont provoqués par le virus varicelle-zona; la varicelle est la phase invasive aiguë de la maladie virale et le zona est dû à la réactivation de la phase... en apprendre davantage . Les patients qui vont commencer un traitement immunosuppresseur et qui n'ont jamais été exposés au virus de la varicelle doivent être vaccinés contre la varicelle Vaccin contre la varicelle La vaccination contre la varicelle offre une protection efficace contre la varicelle. On ignore combien de temps dure la protection contre la varicelle. Mais les vaccins à virus vivants, comme... en apprendre davantage avant le début d'un traitement immunosuppresseur.

Tests de dépistage

Les patientes qui ne reçoivent pas de traitement immunosuppresseur doivent subir un dépistage du cancer du col par test de Papanicolaou (Pap) Diagnostic Le cancer du col de l'utérus est habituellement un carcinome malpighien, induit par une infection à papillomavirus humain; moins souvent, il s'agit d'un adénocarcinome. Les néoplasies cervicales... en apprendre davantage Diagnostic tous les 3 ans. Les patientes qui reçoivent actuellement un traitement immunosuppresseur doivent subir un Paptest tous les ans.

Plus d'informations sur la maladie intestinale inflammatoire

Ce qui suit est une ressource en anglais qui peut être utile. S'il vous plaît noter que LE MANUEL n'est pas responsable du contenu de cette ressource.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
RAYOS
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Testez vos connaissances

Infection à Helicobacter pylori
Les personnes ayant une infection à Helicobacter pylori, sont 3 à 6 plus susceptibles de développer un cancer de l’estomac. Lequel de ces cancers n’est PAS associé à une infection à H. pylori ?
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE