Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Revue générale des arboviroses, des arénaviroses et des filoviroses

Par

Thomas M. Yuill

, PhD,

  • University of Wisconsin-Madison

Dernière révision totale mars 2020| Dernière modification du contenu mars 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

Le terme d'arbovirus (arthropod-borne virus) s'applique à tout virus transmis aux humains et/ou à d'autres vertébrés par certains types d'arthropodes hématophages, principalement les insectes (mouches et moustiques) et arachnides (tiques). L'arbovirus ne fait pas partie du système actuel de classification des virus, qui est basé sur la nature et la structure du génome viral.

Les familles présentes dans le système actuel de classification qui comptent quelques arbovirus parmi leurs membres comprennent

  • Bunyaviridae (dont les bunyavirus, les phlebovirus, les nairovirus et les hantavirus)

  • Togaviridae

  • Flaviviridae (ne comprend que les flavivirus)

  • Reoviridae (dont les coltivirus et les orbivirus)

  • Togaviridae (dont les alphavirus)

Pièges à éviter

  • L'arbovirus n'est pas une famille de virus; le terme indique seulement qu'un virus est transmis par certaines espèces d'arthropodes—arthropod-borne virus.

  • Les membres de nombreuses différentes familles virales peuvent être des arbovirus.

La plupart des virus associés aux fièvres hémorragiques sont classés en familles Arenaviridae et Filoviridae. Cependant, certains flavivirus (fièvre jaune, dengue) et certains Bunyaviridae (virus de la vallée du Rift, de la fièvre hémorragique Crimée-Congo, du virus de la fièvre sévère avec thrombopénie et les hantavirus) peuvent être associés à des symptômes hémorragiques.

Le nombre d'arbovirus spp est > 250 et leur distribution s'étend au monde entier; au moins 80 sont pathogènes pour l'homme. Les oiseaux sont souvent des réservoirs pour les arbovirus, qui sont transmis par les moustiques aux chevaux, à d'autres animaux domestiques et à l'homme. D'autres réservoirs des arbovirus comprennent les arthropodes et les vertébrés (souvent les rongeurs, les singes et les humains). Ces virus peuvent contaminer l'homme directement à partir de réservoirs non humains, mais une transmission interhumaine peut également se produire par transfusion sanguine, transplantation d'organe, contact sexuel, et de la mère à l'enfant à la naissance en fonction du virus spécifique impliqué. La transmission interhumaine de la plupart des arbovirus par contact occasionnel et quotidien n'a pas été documentée. La plupart des arboviroses ne sont pas transmissibles par l'homme, peut-être parce que la virémie habituelle est insuffisante à infecter l'arthropode vecteur; les exceptions sont la dengue, la fièvre jaune, l'infection par le virus Zika et le chikungunya qui peuvent être transmis d'homme à homme par les moustiques. De plus, le virus Zika peut être transmis pendant l'activité sexuelle par les hommes symptomatiques ou asymptomatiques infectés à leur partenaire sexuel (homme ou femme) ou par les femmes infectées à leur partenaire sexuel.

Certaines infections (p. ex., infection par le virus West Nile [virus du Nil occidental], fièvre à tiques du Colorado, dengue, virus Zika) peuvent être transmises par transfusion sanguine ou par les dons d'organes.

Les Arenaviridae comprennent le virus de la chorioméningite lymphocytaire, le virus de la fièvre de Lassa, le virus Mopeia, le virus Tacaribe, le virus Junin, le virus Lujo et le virus Machupo; tous sont transmis par des rongeurs et ne sont donc pas des arbovirus. Le virus de la fièvre de Lassa peut se transmettre de manière interhumaine.

Filoviridae se compose de 2 genres: Ebolavirus (composé de 5 espèces) et Marburgvirus (composé de 2 espèces). Les vecteurs spécifiques de ces virus n'ont pas été confirmés, mais les chauves-souris frugivores sont les premiers candidats; ainsi, les Filoviridae ne sont pas des arbovirus. La transmission interhumaine du virus Ebola et du virus de Marburg est facile.

De nombreuses infections sont asymptomatiques. Lorsqu'elles sont symptomatiques, elles débutent en général par un syndrome grippal non spécifique, qui peut évoluer vers l'un des quelques syndromes possibles (voir tableau Arboviroses, Arénaviroses et Filoviroses). Ces syndromes comprennent des adénopathies, une éruption, une méningite aseptique, une encéphalite, des arthralgies, une arthrite et un œdème du poumon non cardiogénique. Beaucoup d'entre eux entraînent une fièvre et une tendance aux hémorragies (fièvre hémorragique). Une diminution de la synthèse des facteurs de coagulation dépendants de la vitamine K une coagulation intravasculaire disséminée et un trouble de la fonction plaquettaire contribuent aux hémorragies.

Le diagnostic de laboratoire repose souvent sur les cultures virales, la PCR (polymerase chain reaction), la microscopie électronique, et la détection des Ag et Ac lorsqu'ils sont disponibles.

Tableau
icon

Arboviroses, Arénaviroses et Filoviroses

Symptômes spécifiques

Agent ou maladie viral

Famille

Vecteur

Principale répartition*

Fièvre, sensation de malaise, céphalées, myalgies

Caractéristiques supplémentaires: aucune

Fièvre à tiques du Colorado

Reoviridae (Coltivirus)

Tiques

Dermacentor spp

Ouest des États-Unis, Ouest du Canada

Fièvre à phlébotomes

Bunyaviridae (Phlebovirus)

Phlébotome

Phlebotomus spp

Bassin méditerranéen, Balkans, Moyen-Orient, Pakistan, Inde, Chine, Afrique de l'Est, Panama, Brésil

Encéphalite équine vénézuélienne

Togaviridae (Alphavirus)

Moustiques

Culex spp

Argentine, Brésil, Nord de l'Amérique du Sud, Panama, Mexique, Floride

Virus Heartland

Bunyaviridae (Phlebovirus)

Tique

Amblyomma americanum

US

Bunyaviridae (Phlebovirus)

Moustiques

Plusieurs espèces

Afrique du Sud, Afrique de l'Est, Égypte, Yémen, Arabie Saoudite

Virus Oropouche

Bunyaviridae (virus Simbu)

Acariens piqueurs

Culicoides paraensis

Amérique du Sud et Centrale, Caraïbes

Exanthème

Flaviviridae

Moustiques

Aedes spp

Asie du Sud-Est, Asie du Sud, Afrique de l'Ouest et de l'Est, Océanie, Australie, Amérique du Sud et Centrale, Mexique, Caraïbes, États-Unis

Usutu

Flaviviridae

Moustiques

Afrique, Europe

Flaviviridae

Moustiques

Aedes spp

Amérique, Mexique, Caraïbes, États-Unis, Afrique, îles du Pacifique, Asie

Flaviviridae

Moustiques

Culex spp

Afrique, Moyen-Orient, Europe du Sud, Russie, Inde, Indonésie, États-Unis, Sud du Canada, Mexique, Amérique du Sud, Caraïbes.

Arthralgie, éruption cutanée

Togaviridae (Alphavirus)

Moustiques

Aedes spp

Afrique, Inde, Pakistan, Guam, Asie du Sud-Est, île de la Réunion, Nouvelle Guinée, certaines régions d'Europe, Amérique du Sud et Centrale, Mexique, États-Unis

Virus Bourbon

Orthomyxoviridae (Thogotovirus)

Tique

Amblyomma americanum

US

Togaviridae (Alphavirus)

Moustiques

Haemagogus spp

Brésil, Bolivie, Trinidad

Virus de la Ross River

Togaviridae (Alphavirus)

Moustiques

Aedes spp, Culex spp

Australie, Nouvelle-Guinée, îles Salomon, Samoa, îles Cook

Virus de la forêt de Barmah

Togaviridae (Alphavirus)

Moustiques

Aedes spp, Culex spp

Australie

Maladie du virus Sindbis (maladie d'Ockelbo, fièvre de Carélie)

Togaviridae (Alphavirus)

Moustiques

Culex spp

Afrique, Australie, Asie, ex-Union Soviétique, Europe (dont Finlande et Suède), Océanie

Signes hémorragiques§

Flaviviridae

Moustiques

Aedes spp

Panama, Amérique du Sud, Afrique

Flaviviridae

Moustiques

Aedes spp

Asie du Sud-Est, Asie du Sud, Afrique de l'Ouest et de l'Est, Océanie, Caraïbes, Amérique du Sud et Centrale, Mexique, États-Unis

Flaviviridae

Tiques

Haemaphysalis spp

Inde

Flaviviridae

Tiques

Dermacentor spp

Russie

Fièvre hémorragique Crimée-Congo

Bunyaviridae (Nairovirus)

Tiques

Hyalomma spp

Afrique, Europe méditerranéenne et orientale, Inde, Pakistan, Chine, Turquie, Moyen-Orient, ex-Union soviétique

Bunyaviridae (Hantavirus)

Rongeurs

Corée, Japon, Chine, Extrême orient Russe, Balkans

Virus de Séoul

Bunyaviridae (Hantavirus)

Rongeurs

Presque dans le monde entier, dont la Corée, le Japon, les Amériques et l'Europe

Virus Puumala (nephropathia epidemica [néphropathie épidémique])

Bunyaviridae (Hantavirus)

Rongeurs

Scandinavie, Russie, Balkans

Virus Dobrava-Belgrade

Bunyaviridae (Hantavirus)

Rongeurs

Les Balkans, la Slovaquie, la République tchèque, la Turquie

Virus Machupo

Arenaviridae

Rongeurs

Bolivie

Virus Junin

Arenaviridae

Rongeurs

Argentine

Virus Guanarito

Arenaviridae

Rongeurs

Venezuela

Arenaviridae

Rongeurs

Mastomys spp

Afrique de l'Ouest, dont le Nigeria

Virus Lujo

Arenaviridae

Inconnue

Zambie

Filoviridae

Interhumain

Singe

Chauve-souris

Zimbabwe, Kenya, Ouganda, République démocratique du Congo, Afrique du Sud

Filoviridae

Interhumain

Singe

Chauve-souris

Zaïre, Soudan, Guinée, Liberia, Sierra Leone, République démocratique du Congo, République du Congo, Gabon, Côte d'Ivoire, Ouganda

Fièvre sévère avec syndrome de thrombopénie viral

Bunyaviridae

Tiques

Haemaphysalis longicornis

Chine, Corée, Japon

Œdème du poumon non cardiogénique

Hantavirus: Sin Nombre, Black Creek Canal, Bayou, Leguna Negra, Andes, Andes-like virus Hu39694, Lechiguanas, Oran, Bermejo, Choclo

Bunyaviridae (Hantavirus)

Rongeurs

USA, Canada, Brésil, Bolivie, Paraguay, Argentine, Chili, Panama

Fièvre et atteinte du système nerveux central

Encéphalite équine orientale

Togaviridae (Alphavirus)

Moustiques

Culex spp, Culiseta melanura

Les côtes atlantiques et du golfe du Mexique des USA, des Caraïbes, de la partie supérieure de New York, du Connecticut, de l'ouest du Michigan, du Wisconsin

Encéphalite équine occidentale

Togaviridae (Alphavirus)

Moustiques

Culex spp

USA, Canada, Amérique Centrale et du Sud

Virus West Nile (virus du Nil occidental)

Flaviviridae

Moustiques

Culex spp

Afrique, Moyen-Orient, Europe du Sud, ex-Union soviétique, Inde, Indonésie, États-Unis, Canada du Sud, Mexique, Amérique du Sud, îles des Caraïbes

Encéphalite de St Louis

Flaviviridae

Moustiques

Culex spp

États-Unis, Caraïbes, Amérique du Sud

Usutu

Flaviviridae

Moustiques

Afrique, Europe

Encéphalite équine vénézuélienne

Togaviridae (Alphavirus)

Moustiques

Culex spp

Argentine, Brésil, Nord de l'Amérique du Sud, Panama, Mexique, Floride

Encéphalite La Crosse

Bunyaviridae

Moustiques

Aedes spp

États du Nord et du Centre des États-Unis, New York, des Appalaches

Virus Jamestown Canyon

Bunyaviridae

Moustiques

Aedes spp

États-Unis des Montagnes Rocheuses à la côte est, sud-est du Canada

Encéphalite japonaise

Flaviviridae

Moustiques

Culex spp

Japon, Corée, Chine, Inde, Népal, Philippines, Asie, Russie

Flaviviridae

Tique

Ixodes spp

Est du Canada, New York, Etats de la Nouvelle Angleterre, Wisconsin

Encéphalite de la Murray Valley

Flaviviridae

Moustiques

Culex spp

Australie, Nouvelle-Guinée

Flaviviridae

Tiques

Haemaphysalis

spinigera

Inde

Flaviviridae

Tiques

Ixodes spp

Haemaphysalis spp

Europe, Balkans, Russie

Virus de la chorioméningite lymphocytaire

Arenaviridae

Rongeurs

Amériques, Europe, Australie, Japon

*Les changements de conditions climatiques peuvent affecter la portée géographique des arbovirus en étendant ou en contractant les habitats de leurs vecteurs.

†La fièvre de la vallée du Rift provoque également une hémorragie, une méningo-encéphalite et des troubles oculaires.

‡Le virus West Nile provoque également l'encéphalite.

§Les hantavirus Séoul, Puumala, Dobrava et Hantaan provoquent une fièvre hémorragique avec syndrome rénal.

Traitement

  • Soins de support

  • Parfois, ribavirine

Le traitement de la plupart de ces infections est de support.

Dans les fièvres hémorragiques, l'hémorragie peut nécessiter l'administration de phytonadione (vitamine K1). La transfusion de culots de globules rouges ou de plasma frais congelé peut également être nécessaire. L'aspirine et autres AINS sont contre-indiqués en raison de leur activité antiplaquettaire. Dans les cas avancés de syndrome cardiopulmonaire à hantavirus, une oxygénation extracorporelle par membrane (ECMO) peut être nécessaire.

Le traitement suivant est recommandé pour la fièvre hémorragique provoquée par les arénavirus ou les bunyavirus dont la fièvre de Lassa, la fièvre de la vallée du Rift et la fièvre hémorragique Crimée-Congo:

  • Ribavirine 30 mg/kg IV (maximum 2 g), dose de charge suivie de 16 mg/kg IV (maximum 1 g/dose) toutes les 6 h pendant 4 jours, puis 8 mg/kg IV (maximum 500 mg/dose) toutes les 8 h pendant 6 jours

Le traitement de la fièvre hémorragique avec syndrome rénal repose sur la ribavirine IV: dose de charge 33 mg/kg (maximum 2,64 g), suivi de 16 mg/kg toutes les 6 h (maximum 1,28 g toutes les 6 h) pendant 4 jours, puis 8 mg/kg toutes les 8 h (maximum 0,64 g toutes les 8 h) pendant 3 jours.

Le traitement antiviral dans les autres syndromes n'a pas été suffisamment évalué. La ribavirine ne s'est pas avérée efficace dans des modèles animaliers d'infections à flavivirus et à filovirus. Cependant, le cocktail d'anticorps monoclonaux REGN-EB3 et l'anticorps monoclonal 114 ont diminué les décès dans un essai sur le terrain au cours de l'épidémie d'Ebola en République démocratique du Congo.

Prévention

  • Contrôle du vecteur

  • Prévention des morsures de vecteurs

  • Parfois, vaccination

L'abondance et la diversité des arbovirus signifie qu'il est souvent plus facile et moins coûteux de contrôler les arboviroses en détruisant leurs arthropodes vecteurs, la prévention des morsures, et en éliminant leurs habitats de reproduction que par le développement de vaccins spécifiques ou par des traitements médicamenteux.

Contrôle du vecteur et prévention des morsures

Les maladies transmises par les moustiques ou les tiques peuvent souvent être évitées en:

  • Portant des vêtements qui couvrent le plus de parties du corps possibles

  • Utilisant des insectifuges (p. ex., le DEET [diéthyltoluamide])

  • Minimisant la probabilité d'exposition aux insectes ou aux tiques (p. ex., pour les moustiques, en limitant les moments à l'extérieur en zones humides; pour les tiques, voir encadré Prévention des morsures de tiques)

  • Des progrès récents ont été réalisés dans la réduction des populations d'Aedes aegypti par la libération de mâles stériles ou génétiquement modifiés. En outre, des essais sur le terrain sont en cours avec l'introduction dans la nature de moustiques Aedes aegypti infectés par des bactéries Wolbachia. Ces bactéries ne réduisent pas les populations de moustiques. Au lieu de cela, elles bloquent l'infection des moustiques par les virus de la dengue, du chikungunya et du Zika, réduisant ainsi la transmission de la maladie. Les Wolbachia sont transmis à la progéniture du moustique infecté, multipliant ainsi l'efficacité de la technique.

Les maladies transmises par les excréments de rongeurs peuvent être évitées en appliquant les solutions suivantes:

  • Avant le nettoyage, aérer les espaces fermés où des souris ont été présentes pendant ≥ 15 minutes.

  • Mouiller les surfaces avec une solution d'eau de javel à 10% avant de balayer ou de nettoyer.

  • Éviter de remuer la poussière.

  • Fermer les sites potentiels d'entrée des rongeurs dans les maisons et les bâtiments voisins.

  • Empêcher que les rongeurs accèdent aux aliments.

  • Eliminer les sites de nidification potentiels dans et autour du domicile.

Des recommandations de nettoyage après les rongeurs et pour le travail dans les zones potentiellement souillées par les excrétas de rongeurs sont disponibles auprès du Centers for Disease Control and Prevention (CDC).

La transmission des virus filovirus Ebola et Marburg est principalement interhumaine, la prévention de l'extension exige des mesures de quarantaine et d'isolation strictes.

Vaccination

À l'heure actuelle, aux USA, il n'existe de vaccins efficaces que pour le virus Ebola, le virus de la fièvre jaune et le virus de l'encéphalite japonaise. Des vaccins contre l'encéphalite à tiques sont disponibles en Europe, en Russie et en Chine. Un vaccin contre la dengue est approuvé dans plusieurs pays en dehors des États-Unis, mais l'efficacité est modérée et varie selon le statut immunitaire contre la dengue, selon le sérotype et selon l'âge du patient; des études sont en cours.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
MEPHYTON
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE