Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Pneumonie communautaire

Par

Sanjay Sethi

, MD, University at Buffalo SUNY

Dernière révision totale avr. 2019| Dernière modification du contenu avr. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

La pneumonie communautaire est une infection pulmonaire qui se développe chez des personnes en dehors d’un hôpital.

  • De nombreux virus, bactéries et champignons peuvent provoquer une pneumonie.

  • Le symptôme de pneumonie le plus fréquent est une toux productive, mais une douleur thoracique, des frissons, de la fièvre et un essoufflement sont également des symptômes fréquents.

  • Le médecin diagnostique une pneumonie communautaire, en auscultant les poumons avec un stéthoscope et par la lecture d’une radiographie ou d’une tomodensitométrie (TDM) du thorax.

  • Des antibiotiques, médicaments antiviraux ou médicaments antifongiques sont utilisés, en fonction du micro-organisme que les médecins soupçonnent d’être la cause de la pneumonie.

(Voir également Présentation de la pneumonie.)

Causes

Beaucoup de micro-organismes peuvent causer une pneumonie communautaire, y compris des bactéries, virus, champignons et parasites. Dans la plupart des cas, les micro-organismes spécifiques qui causent la pneumonie ne sont pas identifiés. Cependant, les médecins peuvent généralement prédire quels micro-organismes sont les plus susceptibles d’être à l’origine de la pneumonie d’après l’âge de la personne et d’autres facteurs, tels que les autres maladies éventuelles de la personne. Le terme de pneumonie communautaire est généralement réservé aux personnes qui souffrent d’une pneumonie causée par un virus ou une bactérie parmi les plus fréquents.

« Pneumonie atypique » est un terme non médical utilisé pour décrire un cas de pneumonie communautaire sans gravité, qui ne nécessite pas d’alitement ou d’hospitalisation. Certaines personnes se sentent même assez bien pour aller au travail et participer à d’autres activités quotidiennes. La cause est souvent une infection pulmonaire virale ou une infection bactérienne par Mycoplasma pneumoniae ou Chlamydophila pneumoniae.

Causes bactériennes de la pneumonie

Bactéries le plus souvent responsables de la pneumonie communautaire :

  • Streptococcus pneumoniae

  • Haemophilus influenzae

  • Chlamydophila pneumoniae

  • Mycoplasma pneumoniae

Streptococcus pneumoniae (pneumocoque) est à l’origine d’environ 900 000 cas de pneumonie chaque année aux États-Unis. Il y a environ 90 types de pneumocoques, mais seul un petit nombre d’entre eux sont responsables de la forme la plus grave de pneumonie. Une pneumonie à pneumocoque peut être très grave, particulièrement chez les jeunes enfants et les personnes âgées.

Haemophilus influenzae cause des pneumonies qui peuvent survenir chez les adultes, mais qui sont plus fréquentes chez les enfants. Cependant, les infections de l’enfance sont devenues beaucoup moins courantes depuis que les enfants sont traditionnellement vaccinés contre H. influenzae. La pneumonie causée par H. Influenzae est plus fréquente chez les adultes souffrant d’une maladie pulmonaire chronique sous-jacente, telle que bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et bronchiectasie.

Chlamydophila pneumoniae est la deuxième cause la plus fréquente d’infections pulmonaires chez les personnes en bonne santé âgées de 5 à 35 ans. C. pneumoniae est fréquemment responsable d’épidémies d’infection respiratoire au sein des familles, dans les dortoirs d’étudiants et dans les camps d’entraînement militaire. Elle provoque une pneumonie qui est rarement grave et ne nécessite une hospitalisation que peu fréquemment. La pneumonie causée par Chlamydia psittaci (psittacose) est une infection rare causée par une souche différente de chlamydia qui touche les personnes qui gardent des oiseaux ou qui sont souvent exposées à des oiseaux.

Mycoplasma pneumoniae provoque une infection très similaire à celle qui est causée par C. pneumoniae. La pneumonie causée par M. pneumoniae est plus fréquente chez les enfants d’âge plus avancé et chez les adultes de moins de 40 ans, particulièrement chez ceux qui vivent dans des environnements encombrés tels que des écoles, des dortoirs scolaires et des casernes militaires. Bien que la maladie soit rarement sévère, les symptômes peuvent durer quelques semaines ou même des mois.

Legionella pneumophila cause une pneumonie et des symptômes pseudo-grippaux parfois appelés maladie du légionnaire. Elle représente 1 à 8 % de toutes les pneumonies et 4 % environ des formes létales acquises à l’hôpital. La bactérie Legionella vit dans l’eau ; les épidémies surviennent surtout dans les structures hôtelières et hospitalières, car la dissémination du micro-organisme passe par les climatiseurs ou les canalisations d’eau, telles que les douches. Aucun cas de contamination interhumaine directe n’a été signalé.

Staphylococcus aureus cause une pneumonie qui est résistante à certains types d’antibiotiques. Cette bactérie est connue comme le Staphylococcus aureus résistant à la méticilline d’origine communautaire (SARM-C), et elle peut causer une pneumonie grave, principalement chez les jeunes adultes. Depuis l’an 2000, le nombre de cas de pneumonie communautaire provoquée par S. Aureus a augmenté, mais cette infection reste rare.

Pseudomonas aeruginosa est une cause de pneumonie particulièrement fréquente chez les personnes atteintes de mucoviscidose et d’autres maladies pulmonaires, et chez celles dont le système immunitaire est déficient.

Causes virales de pneumonie

Virus le plus souvent responsables de la pneumonie communautaire :

Le virus à l’origine de la varicelle peut également provoquer une infection pulmonaire. L’hantavirus et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) sont également des causes virales de pneumonie. Parfois, une pneumonie bactérienne peut survenir après une infection pulmonaire causée par un virus.

Causes fongiques de pneumonie

Champignons le plus souvent responsables de la pneumonie communautaire :

Les champignons moins fréquemment impliqués incluent Blastomyces dermatitidis (blastomycose) et Paracoccidioides braziliensis (paracoccidioïdomycose). Pneumocystis jirovecii provoque fréquemment une pneumonie chez les personnes infectées par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) ou immunodéprimées.

Parasites qui causent une pneumonie

Parasites responsables de la pneumonie communautaire chez les personnes qui vivent dans les pays développés :

Psittacose : un type inhabituel de pneumonie

La psittacose (ornithose-psittacose) est une pneumonie rare causée par la bactérie Chlamydia psittaci, retrouvée principalement chez les oiseaux, tels que perruches, aras Macao, perroquets et inséparables. Elle existe également chez d’autres oiseaux, comme les pigeons, pinsons, poulets et dindes.

Habituellement, l’infection se fait par l’inhalation des poussières issues de plumes ou de substances excrétées d’oiseaux infectés. La contamination peut également être due à une morsure d’un oiseau infecté, et plus rarement, à des gouttelettes de salive émises par la toux. La psittacose survient surtout chez les éleveurs d’oiseaux ou chez des personnes travaillant dans des animaleries ou des élevages de volailles.

Environ 1 à 3 semaines après le début de l’infection apparaissent fièvre, frissons, fatigue et perte d’appétit. La toux, initialement sèche, devient secondairement grasse, avec une expectoration verdâtre (mucus épais ou décoloré). La fièvre persiste pendant 2 à 3 semaines puis disparaît lentement. La maladie peut être de forme modérée à grave, suivant l’âge de la personne et l’extension au parenchyme pulmonaire.

Des analyses sanguines pour déterminer si la personne a un certain type d’anticorps, suggérant une infection récente par Chlamydia psittaci, sont la méthode la plus fiable pour confirmer le diagnostic ; toutefois, les médecins soupçonnent généralement l’infection chez les personnes qui ont des antécédents d’exposition aux oiseaux.

Les éleveurs et les propriétaires d’oiseaux peuvent se protéger en évitant les poussières issues des plumes et des cages des oiseaux malades. Les importateurs doivent traiter les oiseaux exposés par un cycle de 45 jours de traitement par tétracycline qui détruit les micro-organismes.

Les personnes souffrant de psittacose sont traitées par tétracycline, administrée par voie orale pendant au moins 10 jours. La guérison peut être tardive, surtout dans les cas graves. Le taux de mortalité peut atteindre 30 % chez les personnes atteintes de psittacose sévère non traitée, bien qu’avec un traitement approprié, la plupart des personnes guérissent.

Symptômes

Symptômes de la pneumonie communautaire :

  • Sensation de faiblesse générale (malaise)

  • Toux

  • Essoufflement

  • Fièvre

  • Frissons

  • Douleur thoracique

La toux produit typiquement des expectorations (mucus épais ou décoloré) chez les enfants d’âge avancé et les adultes, mais elle est sèche chez les nourrissons, les jeunes enfants et les personnes âgées. L’essoufflement est généralement léger et survient principalement pendant l’activité. La douleur thoracique est généralement aggravée à l’inspiration ou lors d’une toux. Certaines personnes ressentent une douleur dans la partie supérieure de l’abdomen.

Les symptômes varient chez les personnes très jeunes ou très âgées. Les symptômes de pneumonie chez les nourrissons et les jeunes enfants peuvent comprendre l’irritabilité et l’agitation. Les personnes âgées peuvent être confuses ou présenter un niveau de conscience réduit. Les personnes âgées et les jeunes enfants peuvent être dans l’incapacité d’exprimer la douleur thoracique et l’essoufflement ressentis. La fièvre est fréquente, mais il se peut qu’elle n’intervienne pas chez les personnes âgées.

Diagnostic

  • Examen clinique

  • Généralement, radiographie ou tomodensitométrie (TDM) du thorax

Quel que soit le type de pneumonie soupçonné, les médecins auscultent le thorax de la personne avec un stéthoscope pour poser le diagnostic. Des radiographies ou TDM du thorax permettent en général de confirmer le diagnostic.

Les médecins n’ont généralement pas besoin de réaliser des examens supplémentaires pour déterminer l’organisme qui est à l’origine de la pneumonie, car la plupart des organismes sont efficacement traités avec le traitement standard et l’identification du micro-organisme n’a pas d’incidence sur l’efficacité du traitement. Toutefois, si les médecins ont besoin d’identifier le micro-organisme, ils essaient généralement de mettre en culture le micro-organisme à partir d’un échantillon d’expectorations, de sang ou d’urine. Même lorsque ces tests sont réalisés, le micro-organisme n’est identifié que dans moins de la moitié des cas.

Parfois, les symptômes de la personne ou ses facteurs de risque peuvent suggérer la cause de la pneumonie. Par exemple, un amateur d’oiseaux peut être atteint de psittacose. Certaines combinaisons de facteurs de risque et de symptômes peuvent suggérer l’infection par Legionella. Chez les personnes qui ont commencé par présenter des symptômes typiques de la grippe ou de la varicelle, la plupart des pneumonies qui se développent sont en fait des pneumonies bactériennes ayant pris racine dans les poumons enflammés par le virus. Toutefois, la grippe et la varicelle peuvent parfois causer directement une pneumonie.

Pronostic

La plupart des personnes atteintes guérissent de la pneumonie communautaire. Cependant, la pneumonie peut être mortelle, le plus souvent chez les nourrissons et les personnes âgées. Le taux de mortalité est plus élevé dans le cas des infections par Legionella, peut-être parce que les personnes qui développent la maladie sont en moins bonne santé avant même de tomber malades.

Prévention

Arrêter de fumer est la meilleure façon de prévenir la pneumonie.

La vaccination permet de prévenir certaines pneumonies. Les personnes non vaccinées qui sont exposées à un risque élevé de pneumonie grave et qui sont en contact étroit avec une personne atteinte de la grippe peuvent recevoir de l’oseltamivir ou du zanamivir, des médicaments antiviraux, pour prévenir la grippe.

Traitement

  • Antibiotiques

  • Parfois, médicaments antiviraux ou médicaments antifongiques

Les médecins évaluent de nombreux facteurs pour déterminer si les personnes peuvent être traitées en toute sécurité au domicile ou si elles doivent être hospitalisées en raison du risque élevé de complications. Certains de ces facteurs incluent :

  • Âge

  • Présence ou non d’une autre affection, telle que cancer ou maladie hépatique, cardiaque ou pulmonaire

  • Présence ou non de résultats inquiétants lors de l’examen clinique ou des tests

  • Le fait que la personne soit ou non capable de prendre soin d’elle-même ou qu’elle dispose d’une personne qui puisse l’aider

Des antibiotiques sont administrés le plus tôt possible. Les médecins peuvent prescrire des antibiotiques en fonction de la gravité de l’infection et du risque de complications (voir le tableau Comment la pneumonie communautaire est-elle traitée ?). On administre aussi des liquides, des médicaments pour soulager la fièvre et la douleur, et de l’oxygène, si nécessaire.

Parce que l’agent causal est difficile à identifier, les médecins choisissent les antibiotiques en fonction des organismes qui sont les plus susceptibles d’être la cause de la pneumonie et en fonction de la gravité de la maladie.

Suite au traitement par antibiotiques, l’état de la grande majorité des personnes atteintes d’une pneumonie bactérienne s’améliore. Chez les personnes dont l’état ne s’améliore pas, les médecins recherchent un autre diagnostic, la présence de micro-organismes inhabituels, une résistance à l’antibiotique utilisé pour le traitement, une infection par un second micro-organisme, une propagation de l’infection au-delà des poumons (par exemple, dans la muqueuse des poumons [plèvre]) ou une autre affection (comme un trouble du système immunitaire ou une obstruction des voies respiratoires) qui retarde la guérison.

Pour traiter la pneumonie à virus Influenza, des médicaments antiviraux tels que l’oseltamivir ou le zanamivir peuvent être administrés. Pour traiter la pneumonie à virus de la varicelle, on administre de l’aciclovir. Si une personne supposément atteinte d’une pneumonie virale est très malade ou si son état ne s’améliore pas dans les quelques jours suivant le début du traitement, les médecins peuvent prescrire des antibiotiques pour le cas où une bactérie aurait également infecté les poumons.

Pour traiter la pneumonie fongique, des médicaments antifongiques peuvent être administrés.

Parfois, les médecins pratiquent des radiographies de suivi environ 6 semaines après le traitement afin de s’assurer que toutes les observations anormales sur les radiographies ont disparu. Le suivi est peut-être plus important chez les personnes âgées et chez les fumeurs, afin de s’assurer que les observations anormales constatées sur la radiographie thoracique indiquent seulement une pneumonie, plutôt qu’un cancer sous-jacent qui accompagnerait une pneumonie.

Tableau
icon

Comment la pneumonie communautaire est-elle traitée ?

Gravité

Médicaments possibles

Commentaires

Pneumonie légère chez les personnes en bonne santé ne présentant aucun facteur de risque*

Azithromycine

Clarithromycine

Doxycycline

Les médicaments sont pris par voie orale.

Les personnes sont traitées à domicile.

Pneumonie légère chez les personnes présentant des facteurs de risque*

Amoxicilline

Amoxicilline plus clavulanate

Azithromycine

Cefpodoxime

Céfuroxime

Clarithromycine

Doxycycline

Lévofloxacine

Moxifloxacine

Les médicaments sont généralement pris par voie orale.

Souvent, plusieurs médicaments sont administrés.

Les personnes sont traitées à domicile.

Pneumonie modérée

ou

Pneumonie chez les personnes qui ne peuvent pas prendre soin d’elles-mêmes

Azithromycine

Céfotaxime

Ceftriaxone

Lévofloxacine

Moxifloxacine

Les médicaments sont en général administrés par voie intraveineuse dans un cadre hospitalier.

Souvent, plusieurs médicaments sont administrés.

Pneumonie grave chez des personnes présentant de nombreux facteurs de risque*

Certains des médicaments utilisés pour la pneumonie modérée

Aztréonam

Céfépime

Ciprofloxacine

Imipénem plus cilastatine

Méropénem

Pipéracilline plus tazobactam

Les médicaments sont en général administrés par voie intraveineuse en unité de soins intensifs.

Souvent, plusieurs médicaments sont administrés.

* Les facteurs de risque comprennent les troubles cardiaques ou pulmonaires, un cancer, l’alcoolisme, un âge supérieur à 65 ans, une utilisation récente d’antibiotiques et un système immunitaire affaibli (par exemple, à cause du SIDA, d’une transplantation d’organe ou d’une utilisation de médicaments qui suppriment le système immunitaire).

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
TAMIFLU
PERIOSTAT, VIBRAMYCIN
ROCEPHIN
No US brand name
RELENZA
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Utilisation d’un aérosol-doseur
Vidéo
Utilisation d’un aérosol-doseur
Pour utiliser un aérosol-doseur, la personne secoue l’inhalateur et retire le capuchon. La...
Modèles 3D
Tout afficher
Pneumothorax
Modèle 3D
Pneumothorax

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE