Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Immunothérapies

Par

Peter J. Delves

, PhD, University College London, London, UK

Dernière révision totale avr. 2020| Dernière modification du contenu avr. 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

Des agents immunothérapeutiques utilisent ou modifient les mécanismes immunitaires. L'utilisation de ces agents est en pleine évolution; il est certain que de nouvelles classes, de nouvelles substances et de nouvelles utilisations de ces substances vont être développées. Un grand nombre de classes différentes d'agents d'immunothérapie a été développé (voir aussi tableau Quelques agents immunothérapeutiques utilisés en clinique):

  • Anticorps monoclonaux

  • Protéines de fusion

  • Récepteurs solubles des cytokines

  • Cytokines recombinantes

  • Petites molécules mimétiques

  • Thérapies cellulaires

Tableau
icon

Quelques agents immunothérapeutiques utilisés en clinique

Agent

Effets

Certaines indications

Anticorps monoclonaux*

Abciximab

Récepteur antiglycoprotéine IIb/IIIa

Prévention des complications ischémiques cardiaques chez les patients subissant une intervention coronaire percutanée ou chez certains patients à haut risque de syndrome coronaire aigu

Adalimumab

Anti–TNF-alpha

Hidradénite suppurée modérée à sévère

Maladie de Crohn modérée à sévère réfractaire aux traitements standards

Arthrite juvénile idiopathique polyarticulaire légère à sévère

Polyarthrite rhumatoïde modérée à grave

Rectocolite hémorragiquemodérée à sévère réfractaire aux traitements standards

Uvéite non infectieuse intermédiaire, postérieure et pan-uvéite

Psoriasis chronique en plaques modéré à sévère

Alemtuzumab

Anti–lymphocyte B (CD52)

Lymphocytes B de la leucémie lymphoïde chronique réfractaires aux traitements standards

Sclérose en plaque à rechute chez les patients qui ont eu une réponse inadéquate à ≥ 2 médicaments

Alirocumab

Anti-convertase subtilisine/kexine de type 9 (PCSK9)

Abaissement du cholestérol LDL, en complément au régime alimentaire et aux statines, chez les adultes présentant une hypercholestérolémie familiale hétérozygote ou une maladie cardiovasculaire athéroscléreuse

Atezolizumab

Anti-PD-L1

Carcinome transitionnel à cellules (urothéliales) localement avancé ou métastatique

Cancer du sein triple négatif localement avancé ou métastatique

Avelumab

Anti-PD-L1

Carcinome urothélial localement avancé ou métastatique avec progression de la maladie pendant ou après une chimiothérapie à base de platine

Basiliximab

Anti–récepteur de l'IL-2

Prévention du rejet aigu d'un rein greffé

Belimumab

Anti–B-lymphocyte stimulator protein (anti-BLyS)

Lupus érythémateux disséminé à auto-anticorps positifs chez l'adulte recevant un traitement standard

Benralizumab

Anti–récepteur alpha de l'IL-5

Traitement d'entretien rajouté des patients de ≥ 12 ans souffrant d'un asthme éosinophile grave

Bévacizumab

Anti-VEGF-A

Cancer épithélial ovarien, cancer des trompes de Fallope ou cancer primitif du péritoine (utilisé avec le paclitaxel, la doxorubicine liposomale pégylée ou le topotécan chez les patients présentant une maladie récurrente résistante au platine n'ayant pas reçu plus de 2 schémas de chimiothérapie; avec du carboplatine et du paclitaxel, suivis de bevacizumab en traitement unique, pour les maladies au stade III ou IV après résection chirurgicale initiale: en association avec le carboplatine et le paclitaxel ou le carboplatine et la gemcitabine, suivis de bevacizumab en monothérapie, dans le traitement d'une maladie récurrente sensible au platine)

Glioblastome chez l'adulte si le trouble progresse après que d'autres traitements ont été essayés

Cancer colorectal métastatique (utilisé avec une chimiothérapie IV à base de 5-fluorouracile en traitement de première ou de 2e intention)

Cancer colorectal métastatique (utilisé avec la chimiothérapie à base de fluoropyrimidine, d'irinotécan ou de fluoropyrimidine-oxaliplatine en traitement de 2e intention) si le cancer a progressé pendant le traitement par un traitement de première ligne contenant du bevacizumab

Carcinome à cellules rénales métastatique (utilisé avec IFN-alpha)

Cancer du col utérin persistant, récurrent ou métastatique (utilisé avec le paclitaxel et le cisplatine ou le paclitaxel et le topotécan)

Cancer du poumon non à petites cellules non résécable, localement avancé, récurrent ou métastatique (utilisé avec le carboplatine et le paclitaxel comme traitement de première intention)

Bezlotoxumab

Anti-toxine B de Clostridioides (précédemment, Clostridium) difficile

Infection à C. difficile chez les adultes recevant des antibiotiques et présentant un risque élevé de récidive

Blinatumomab

Bispécifiques: anti-CD19 et anti-CD3c

Leucémie lymphoblastique aiguë à précurseur des cellules B récidivante ou réfractaire

Leucémie lymphoblastique aiguë, à précurseur des lymphocytes B, en 1ère ou 2ème rémission complète avec maladie résiduelle minime ≥ 0,1%

Brentuximab vedotin

Anti-CD30 (lié à l'agent antimitotique monométhylique auristatine E)

Lymphome d'Hodgkin de stades III ou IV non précédemment traités (utilisé avec la doxorubicine, la vinblastine et la dacarbazine)

Lymphome d'Hodgkin à risque élevé de rechute ou de progression lors de la consolidation post-transplantation de cellules souches autologues

Lymphome hodgkinien après échec d'une greffe autologue de cellules souches ou d'au moins 2 polychimiothérapies chez les patients qui ne sont pas candidats à la greffe autologue de cellules souches

Antécédent de lymphome systémique anaplasique à grandes cellules ou d'autres lymphomes périphériques exprimant CD30 (utilisé en association avec le cyclophosphamide, la doxorubicine et la prednisone)

Lymphome systémique anaplasique à grandes cellules après échec d'au moins une polychimiothérapie

Lymphome primitif systémique anaplasique à grandes cellules cutané ou mycosis fongoïde exprimant CD30 chez les patients qui ont déjà reçu un traitement systémique

Brodalumab

Anti-récepteur de l'IL-17A

Psoriasis en plaques modéré à sévère chez les adultes ne répondant pas aux autres traitements systémiques

Brolucizumab

Anti-VEGF-A

Burosumab

Anti-fibroblast growth factor 23

Hypophosphatémie liée à l'X chez les adultes et les patients pédiatriques de ≥ 6 mois

Canakinumab

Anti–IL-1 bêta

Arthrite juvénile idiopathique systémique active chez les patients ≥ 2 ans

Goutte chez les patients qui n'ont pas répondu de manière adéquate au traitement par les AINS ou à la colchicine, ou qui ont des contre-indications ou des intolérances à ces médicaments, et chez qui les traitements répétés par les corticostéroïdes sont inappropriés

Syndromes fébriles périodiques héréditaires:

Caplacizumab

Anti-facteur von Willebrand

Patients adultes qui ont contracté un purpura thrombotique thrombopénique (utilisé avec des échanges plasmatiques et un traitement immunosuppresseur)

Cémiplimab

Anti-PD-1

Carcinome épidermoïde cutané métastatique ou localement avancé chez les patients qui ne sont pas candidats à la chirurgie ou à la radiothérapie curatives

Certolizumab (fragment Fab' pégylé)

Anti–TNF-alpha

Maladie de Crohn modérée à sévère en cas de réponse insuffisante aux traitements conventionnels

Psoriasis en plaques modéré à sévère,

Polyarthrite rhumatoïde modérée à grave chez l'adulte

Spondylarthrite axiale non radiographique avec des signes objectifs d'inflammation

Cétuximab

Anti-EGFR

Cancer épidermoïde de la tête et du cou localement ou régionalement avancé (utilisé avec la radiothérapie)

Carcinome épidermoïde récurrent locorégional ou métastatique de la tête et du cou (utilisé avec un traitement à base de platine et de 5-fluorouracile)

Carcinome épidermoïde récurrent ou métastatique de la tête et du cou s'il progresse après un traitement à base de platine

Cancer colorectal K-Ras type sauvage, Cancer colorectal métastatique exprimant l'EGFR: donné comme suit:

  • Avec FOLFIRI comme traitement de première ligne

  • Avec de l'irinotécan si le cancer est réfractaire à la chimiothérapie à base d'irinotécan

  • En monothérapie, si la chimiothérapie à base d'oxaliplatine et d'irinotécan est inefficace ou si les patients ne tolèrent pas l'irinotécan

Crizanlizumab

Anti-sélectine-P

Daratumumab

Anti-CD38

  • Si les patients ont reçu en monothérapie ≥ 3 schémas thérapeutiques antérieurs comprenant un inhibiteur du protéasome et un médicament immunomodulateur

    ou

  • En monothérapie si le cancer est réfractaire à la fois à un inhibiteur du protéasome et à un médicament immunomodulateur

    En association avec le lénalidomide et la dexaméthasone chez les patients nouvellement diagnostiqués non éligibles à une transplantation de cellules souches autologues et chez les patients en rechute ou réfractaires qui ont reçu ≥ 1 traitement antérieur

    En association avec le bortézomib, le melphalan et la prednisone chez les patients nouvellement diagnostiqués non éligibles à une transplantation de cellules souches autologues

    En association avec le bortézomib, la thalidomide et la dexaméthasone chez les patients nouvellement diagnostiqués qui sont éligibles à la transplantation de cellules souches autologues

    En association avec le bortézomib et la dexaméthasone chez les patients qui ont reçu ≥ 1 traitement antérieur

    En association avec la pomalidomide et la dexaméthasone chez les patients qui ont reçu ≥ 2 schémas thérapeutiques antérieurs qui comprenaient la lénalidomide et un inhibiteur du protéasome

Dénosumab

Anti-RANKL

Prévention des événements squelettiques (p. ex., fractures, douleur osseuse) chez les patients qui ont un myélome multiple ou des métastases osseuses de tumeurs solides

Traitement des adultes et des adolescents squelettiquement matures qui ont une tumeur à cellules géantes de l'os si la tumeur est non résécable ou si la résection chirurgicale est susceptible d'entraîner une morbidité sévère

Traitement de l'hypercalcémie de malignité réfractaire au traitement par bisphosphonates

Ostéoporose chez les patients à haut risque de fracture

Pour augmenter la masse osseuse chez les hommes qui reçoivent un traitement anti-androgénique pour le traitement cancer de la prostate non métastatique et chez les femmes qui reçoivent un traitement adjuvant par inhibiteur de l’aromatase pour un cancer du sein à haut risque de fracture

Dinutuximab

Glycolipide anti-GD2

Neuroblastome pédiatrique à haut risque qui a répondu au moins en partie à la multithérapie de première ligne, thérapie multimodale (utilisée avec le GM-CSF, l'IL-2 et l'isotrétinoïne [13-cis-l'acide rétinoïque])

Dupilumab

Anti–récepteur alpha de l'IL-4

Dermatite atopique modérée à sévère chez des patients ≥ 12 ans lorsque la maladie n'est pas suffisamment contrôlée par les traitements topiques ou lorsque ces traitements ne sont pas recommandés

L'asthme atopique modéré à sévère chez les patients de ≥ 12 ans présentant un phénotype éosinophile ou d'asthme dépendant de corticostéroïdes oraux

Traitement d'entretien complémentaire chez les adultes atteints de rhinosinusite chronique insuffisamment contrôlée avec polypose nasale

Durvalumab

Anti-PD-L1

Carcinome urothélial localement avancé ou métastatique avec progression de la maladie pendant ou après une chimiothérapie à base de platine ou dans les 12 mois d'un traitement néoadjuvant ou adjuvant par chimiothérapie à base de platine

Cancer du poumon non à petites cellules de stade III non résécable lorsque la maladie n'a pas progressé après une chimiothérapie et une radiothérapie concomitantes à base de platine

Éculizumab

Anti–fraction C5 du complément

Elotuzumab

Anti-SLAMF7

Myélome multiple chez les patients qui ont reçu précédemment 1 à 3 traitements (utilisé avec le lénalidomide et la dexaméthasone) ou ≥ 2 traitements antérieurs dont le lénalidomide et un inhibiteur du protéasome (utilisé avec la pomalidomide et la dexaméthasone)

Emapalumab

Anti-IFN-gamma

Emicizumab

Bispécifiques anti-facteur Xa et anti-facteur X

Prévention ou réduction des épisodes hémorragiques chez les patients atteints d'hémophilie A qui développent ou non des inhibiteurs du facteur VIII

Enfortumab vedotin

Anti-Nectin-4 lié au médicament antimitotique monométhyl auristatine E

Cancer urothélial localement avancé ou métastatique chez les patients qui ont déjà reçu un inhibiteur néoadjuvant/adjuvant de PD-1 ou PD-L1 et une chimiothérapie à base de platine

Erenumab

Anti- calcitonin gene-related peptide receptor

Prévention de la migraine

Évolocumab

Anti-convertase subtilisine/kexine de type 9 (PCSK9)

Réduction du risque cardiovasculaire chez les patients atteints de coronaropathies

Abaissement du LDL-cholestérol, en complément du régime alimentaire et aux statines (et d'autres thérapies abaissant les LDL), chez l'adulte homozygote ou hétérozygote porteur d'une hypercholestérolémie familiale ou d'une maladie cardiovasculaire athéroscléreuse

Fremanezumab

Anti- calcitonin gene-related peptide receptor

Prévention de la migraine

Galcanezumab

Anti- calcitonin gene-related peptide receptor

Prévention de la migraine

Gemtuzumab

Conjugué ozogamicine anti-CD33

Leucémie myéloïde aiguë nouvellement diagnostiquée CD33+ chez l'adulte ou maladie récidivante ou réfractaire chez l'adulte et les enfants de ≥ 2 ans

Golimumab

Anti–TNF-alpha

Polyarthrite rhumatoïde modérée à sévère (utilisé avec le méthotrexate)

Arthrite psoriasique (seul ou en association avec le méthotrexate)

Rectocolite hémorragique modérée à sévère si

  • Les patients ont présenté une réponse inadéquate ou une intolérance aux traitements antérieurs

    ou

  • Ils doivent recevoir une corticothérapie continue

Guselkumab

Anti-IL-23

Psoriasis en plaques modéré à sévère

Ibalizumab

Anti-CD4

Infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) de type 1 (en association avec un ou plusieurs antirétroviraux chez des adultes lourdement traités qui ont une infection multirésistante)

Ibritumomab tiuxetan

Anti–CD20 relié à l'agent radioactif yttrium 90

Lymphome non hodgkinien de bas grade ou folliculaires qui a rechuté pendant ou après le traitement par d'autres médicaments anticancéreux

Lymphome non hodgkinien à cellules B folliculaires nouvellement diagnostiquées suite à une réponse au traitement anticancéreux initial

Idarucizumab

Anti-dabigatran

Inversion des effets anticoagulants du dabigatran etexilate en cas de besoin chirurgical d'urgence/de procédure urgente ou en cas de saignement mettant en jeu le pronostic vital ou incontrôlé

Infliximab

Anti–TNF-alpha

Maladie de Crohn ou rectocolite ulcéro-hémorragique modérées à sévères en cas de réponse insuffisante aux traitements conventionnels

Polyarthrite rhumatoïde modérée à sévère (utilisé avec le méthotrexate)

Psoriasis en plaques chronique sévère lorsque d'autres traitements sont moins appropriés

Inotuzumab

Conjugué anti-CD22-ozogamicine

Adultes qui ont une leucémie lymphoblastique aiguë à précurseur de lymphocytes B récidivante ou réfractaire

Ipilimumab

Anti-CTLA-4

Mélanome inopérable ou métastatique chez les patients âgés de ≥ 12 ans

Mélanome avec atteinte des ganglions lymphatiques régionaux de > 1 mm chez les patients qui ont subi une résection complète, dont une lymphadénectomie totale

Carcinome à cellules rénales avancé non traité auparavant (en association avec le nivolumab)

Cancer colorectal métastatique MSI-H ou dMMR qui a progressé après un traitement par fluoropyrimidine, oxaliplatine et irinotécan (utilisé avec le nivolumab) chez les patients âgés de ≥ 12 ans

Isatuximab

Anti-CD38

En association avec la pomalidomide et la dexaméthasone pour le traitement des patients adultes atteints de myélome multiple qui ont reçu au moins deux traitements dont le lénalidomide et un inhibiteur du protéasome

Ixekizumab

Anti-IL17A

Psoriasis en plaques modéré à sévère

Lanadelumab

Anti-kallikréine plasmatique

Prévention des crises récidivantes d'angio-œdème héréditaire chez les patients de ≥ 12 ans

Mepolizumab

Anti-IL-5

Traitement d'entretien complémentaire de l'asthme éosinophile grave chez les patients âgés de ≥ 6 ans

Mogamulizumab

Anti-CCR4

Patients adultes atteints de mycosis fongoïde en rechute ou réfractaires ou de syndrome de Sézary après ≥ 1 antécédents de traitement systémique

Moxetumomab pasudotox

Anti-CD22 lié à une forme tronquée d'exotoxine de Pseudomonas PE38

Les patients adultes qui ont une leucémie à tricholeucocytes en rechute ou réfractaire qui ont reçu ≥ 2 traitements systémiques antérieurs, dont un traitement par un analogue de nucléoside de purine

Natalizumab

Sous unité intégrine anti–alpha 4

Récidive de sclérose en plaques ou de la maladie de Crohn lorsque d'autres traitements sont insuffisants

Necitumumab

EGFR1

Cancer bronchique non à petites cellules métastatique en traitement de première intention (utilisé avec la gemcitabine et le cisplatine)

Nivolumab

Anti-PD-1

Mélanome non résécable ou métastatique (utilisé avec l'ipilimumab et, si le mélanome est positif pour la mutation V600 de BRAF, avec un inhibiteur de BRAF)

Cancer bronchique non à petites cellules métastatique s'il progresse pendant ou après une chimiothérapie à base de platine

Le carcinome à cellules rénales avancé chez les patients qui ont reçu un traitement antiangiogénique ou chez les patients non encore traités si associé à l'ipilimumab

Le lymphome de Hodgkin qui récidive ou progresse après une transplantation de cellules souches autologues et un traitement post-transplantation par brentuximab vedotin, ou après ≥ 3 lignes de traitement systémique, y compris greffe autologue de cellules souches hématopoïétiques

Carcinome épidermoïde récidivant ou métastatique de la tête et du cou qui progresse sous ou après un traitement à base de platine

Carcinome urothélial localement avancé ou métastatique avec progression de la maladie pendant ou après une chimiothérapie à base de platine

Un cancer colorectal métastatique avec une instabilité des microsatellites élevée et déficient en systèmes de correction des mésappariements (MSI-H ou dMMR) qui a progressé après un traitement par la fluoropyrimidine, l’oxaliplatine et l’irinotécan

Carcinome hépatocellulaire préalablement traité par le sorafenib

Obiltoxaximab

Anti-antigène-protecteur de Bacillus anthracis

Anthrax inhalatoire (en association avec des antibiotiques)

Obinutuzumab

Anti-CD20

Le lymphome folliculaire récidivant ou réfractaire à un protocole qui comprend du rituximab (utilisé d'abord avec la bendamustine, puis administré en monothérapie)

Les patients adultes qui ont un lymphome folliculaire volumineux de stade II, III ou IV (utilisés en association avec une chimiothérapie suivie d'une monothérapie par obinutuzumab chez les patients qui ont au moins une rémission partielle)

Une leucémie lymphoïde chronique auparavant non traitée (utilisée avec le chlorambucil)

Ocrelizumab

Anti-CD20

Formes progressives récurrentes ou primaires de sclérose en plaque

Ofatumumab

Anti-CD20

Une leucémie lymphoïde chronique (LLC) précédemment non traitée chez des patients chez qui le traitement à base de fludarabine est considéré inapproprié (utilisé avec le chlorambucil)

Traitement prolongé de la leucémie lymphoïde chronique chez les patients présentant une réponse complète ou partielle après ≥ 2 schémas thérapeutiques pour une maladie récidivante ou évolutive

Leucémie lymphoïde chronique réfractaire à la fludarabine et à l'alemtuzumab

Leucémie lymphoïde chronique en rechute (utilisé avec la fludarabine et le cyclophosphamide)

Omalizumab

Anti-IgE

Asthme modéré à sévère chez les patients de > 6 ans qui présentent des troubles allergiques documentés insuffisamment contrôlés par les corticostéroïdes inhalés

Urticaire idiopathique chronique chez les patients ≥ 12 ans qui demeurent symptomatiques malgré le traitement antihistaminique anti-H1

Palivizumab

Anti-protéine F du virus respiratoire syncytial (VRS)

Infection grave des voies respiratoires inférieures par le virus respiratoire syncytial (VRS) chez l'enfant

Panitumumab

Anti-EGFR

Cancer colorectal RAS type sauvage Cancer colorectal métastatique en traitement de première intention utilisé avec FOLFOX ou en monothérapie si le cancer évolue après un traitement antérieur par la fluoropyrimidine, l'oxaliplatine et l'irinotécan

Pembrolizumab

Anti-PD-1

Mélanome inopérable ou métastatique avancé

Traitement adjuvant du mélanome avec atteinte des ganglions lymphatiques après résection complète

Cancer du poumon non à petites cellules PD-L1 + en monothérapie en traitement de première intention chez les patients ne présentant pas d’aberrations génomiques tumorales d'EGFR ou d'ALK

En agent unique de traitement des patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules PD-L1+ métastatique avec progression de la maladie après ou sous chimiothérapie à base de platine (les patients présentant des aberrations génomiques d'EGFR ou d'ALK doivent présenter une progression de la maladie sous un traitement approuvé par la FDA avant de recevoir du pembrolizumab)

Traitement de première ligne du cancer du poumon non à petites cellules métastatique non squameux en l'absence d'aberrations génomiques de type EGFR ou ALK (utilisé avec le pemetrexed et le carboplatine)

Traitement de première ligne du cancer du poumon non à petites cellules métastatique (utilisé avec le paclitaxel et le carboplatine)

Cancer métastatique du poumon à petites cellules avec progression de la maladie sous ou après une chimiothérapie à base de platine et au moins une autre ligne de traitement

Carcinome épidermoïde récidivant ou métastatique de la tête et du cou qui progresse sous ou après un traitement à base de platine

Traitement de première intention du carcinome épidermoïde de la tête et du cou métastatique ou non résécable (association au fluorouracile et à la chimiothérapie à base de platine)

Traitement de première intention d'un carcinome épidermoïde de la tête et du cou PD-L1+ ou cou récidivant non résécable

Patients atteints de lymphome de Hodgkin qui ont une maladie réfractaire ou qui ont rechuté après ≥ 3 lignes de traitement

Patients atteints d'un lymphome primitif médiastinal à grandes cellules B avec une maladie réfractaire ou qui ont rechuté après ≥ 2 lignes de traitement

Carcinome urothélial localement avancé ou métastatique PD-L1+ chez les patients non éligibles à une chimiothérapie contenant du cisplatine ou qui ne le sont pas à toute chimiothérapie à base de platine, quel que soit leur statut PD-L1, ou dont la maladie progresse pendant ou après une chimiothérapie à base de platine ou dans les 12 mois d'un traitement néoadjuvant ou adjuvant comprenant une chimiothérapie à base de platine

Tumeurs solides non résécables ou métastatiques MSI-H/dMMR, déficientes en systèmes de correction des mésappariements, ayant progressé après un traitement chez des patients ne disposant d'aucune alternative thérapeutique satisfaisante

Cancer colorectal qui a progressé après un traitement par la fluoropyrimidine, l’oxaliplatine et l’irinotécan

Adénocarcinome jonctionnel gastrique ou gastro-œsophagien récurrent, avancé ou métastatique, PD-L1+ avec progression de la maladie sous ou après ≥ 2 lignes de traitement comprenant une chimiothérapie à base de fluoropyrimidine et de platine et, le cas échéant, un traitement ciblé par HER2/neu

Carcinome épidermoïde PD-L1+ localement avancé ou métastatique de l'œsophage avec progression de la maladie après ≥ 1 ligne de traitement systémique

Cancer du col de l'utérus PD-L1+ récidivant ou métastatique avec progression de la maladie pendant ou après la chimiothérapie

Carcinome hépatocellulaire préalablement traité par le sorafenib

Carcinome à cellules de Merkel récurrent localement avancé ou métastatique

Traitement de première ligne des stades avancés du carcinome à cellules rénales (utilisé avec l'axitinib)

Carcinome avancé de l'endomètre qui n'a pas d'instabilité microsatellitaire dans plusieurs régions (MSI-H) ou dMMR chez les patients qui ont une progression de la maladie après un traitement systémique antérieur et ne sont pas candidats à la chirurgie curative ou à la radiothérapie (utilisé avec le lenvatinib)

Pertuzumab

Anti-HER2

Cancer du sein métastatique HER2+ chez les patientes qui n'ont jamais reçu de traitement anti-HER2 ou de chimiothérapie pour un cancer métastatique (utilisé avec le trastuzumab et le docétaxel)

Cancer du sein HER2+, localement avancé, inflammatoire ou à un stade précoce (> 2 cm de diamètre ou à ganglions positifs) pour le traitement néo-adjuvant (utilisé avec le trastuzumab et le docétaxel) dans le cadre d'un traitement complet du cancer du sein au stade précoce

Polatuzumab

Anti-CD79b

Lymphome à grandes cellules B diffus en rechute ou réfractaire après ≥ 2 traitements antérieurs (utilisé avec la bendamustine et le rituximab)

Ramucirumab

Anti-VEGFR-2

Cancer colorectal métastatique qui a progressé pendant ou après un traitement médicamenteux de première intention contenant du bévacizumab, de l'oxaliplatine et une fluoropyrimidine (utilisé avec FOLFIRI)

Cancer bronchique non à petites cellules métastatique qui a progressé pendant ou après une chimiothérapie à base de platine (utilisé avec le docétaxel)

Adénocarcinome de la jonction gastrique ou gastro-œsophagienne avancé ou métastatique s'il progresse pendant ou après une chimiothérapie contenant une fluoropyrimidine ou un médicament contenant du platine (utilisé seul ou avec le paclitaxel)

Carcinome hépatocellulaire avec un taux d'alpha-fœtoprotéine ≥ 400 ng/mL (> 400 microgrammes/L) et traité par sorafenib

Ranibizumab

Anti-VEGF

Œdème maculaire après occlusion veineuse rétinienne

Œdème maculaire diabétique

Néovascularisation choroïdienne myopique

Ravulizumab

Anti-C5

Adultes et enfants qui ont un syndrome hémolytique et urémique atypique

Raxibacumab

Anti-Antigène protecteur de Bacillus anthracis

Anthrax inhalatoire (en association avec des antibiotiques)

Reslizumab

Anti-IL-5

Traitement d'entretien complémentaire de l'asthme éosinophile grave chez les patients âgés de ≥ 18 ans

Risankizumab

Anti-IL-23p19

Psoriasis en plaques modéré à sévère chez les adultes candidats à un traitement systémique ou à la photothérapie

Rituximab

Anti-CD20

Lymphome non hodgkinien à lymphocytes B, CD20+, folliculaire ou de bas grade, réfractaire ou récidivant

Leucémie lymphoïde chronique CD20+ (utilisé avec la fludarabine et le cyclophosphamide)

Polyarthrite rhumatoïde modérée à sévère (utilisé avec le méthotrexate) lorsque la réponse aux anti-TNF est insuffisante

Pemphigus vulgaire modéré à sévère

Romosozumab

Anti-sclérostine

L'ostéoporose post-ménopausique chez les femmes à haut risque de fracture ou chez les patients chez qui d'autres traitements de l'ostéoporose ont échoué ou ne peuvent pas être tolérés

Sarilumab

Anti–récepteur de l'IL-6

Adulte qui a une polyarthrite rhumatoïde modérée à sévère qui a eu une réponse insuffisante ou une intolérance à un ou plusieurs antirhumatismaux modificateurs de la maladie (traitements de fond)

Secukinumab

Anti-IL-17A

Psoriasis en plaques modéré à sévère

Siltuximab

Anti-IL-6

Maladie de Castleman multicentrique chez des patients qui négatifs pour le VIH et le HHV-8

Teprotumumab

Anti–récepteur de l'IGF-1

Maladie oculaire thyroïdienne

Tildrakizumab

Anti-IL-23

Adultes qui ont un psoriasis en plaques modéré à sévère

Tocilizumab

Anti–récepteur de l'IL-6

La polyarthrite rhumatoïde modérée à sévère lorsque la réponse à au moins un antirhumatismaux modificateurs de la maladie est insuffisante

Arthrite polyarticulaire ou arthrite juvénile idiopathique chez les patients ≥ 2 ans

Patients âgés de ≥ 2 ans qui présentent une réaction sévère ou un syndrome de libération de cytokines mettant leur vie en danger suite à un traitement par CAR T Cell

Tositumomab

Anti–CD20 lié à de l'iode radioactif [131I]

Lymphome non hodgkinien transformé ou folliculaire CD20+ réfractaire ou récidivant qui a progressé pendant ou après le traitement par le rituximab

Trastuzumab

Anti-HER2

Adénocarcinome gastrique ou gastro-œsophagienne métastatique HER2+

Ustekinumab

Anti–IL-12 et -IL-23

Psoriasis en plaques modéré à sévère

Maladie de Crohn modérée à sévère

Rectocolite hémorragique modérée à sévère

Védolizumab

Anti–intégrine alpha-4 bêta-7

Rectocolite hémorragique active modérée à sévère si la réponse au traitement conventionnel ou anti-TNF est insuffisante

Maladie de Crohn modérée à sévère si la réponse à la thérapie conventionnelle ou aux anti-TNF est insuffisante

Protéines de fusion

Abatacept (domaine extracellulaire de CTLA-4 fusionné à la région Fc d'IgG1)

Inhibition de l'activation des lymphocytes T

Polyarthrite rhumatoïde modérée à grave

Arthrite juvénile idiopathique polyarticulaire légère à sévère chez des patients de ≥ 2 ans

Dénileukine diftitox (fusion de l'IL-2 avec la toxine diphtérique)

Délivrance de la toxine au composant CD25 du récepteur de l'IL-2

Lymphome à cellules T cutanées CD25+

Étanercept (fusion de 2 récepteurs CD120b du TNF-alpha à la région Fc d'IgG1)

Diminution des taux de TNF

Arthrite juvénile idiopathique polyarticulaire chez des patients de ≥ 2 ans

Récepteur soluble des cytokines

Anakinra (antagoniste du récepteur de l'IL-1, parfois pégylé pour une demi-vie plus longue)

Inhibition compétitive des activités de l'IL-1alpha et de l'IL-1bêta

Polyarthrite rhumatoïde modérée à grave chez des patients 18 ans

Maladie inflammatoire multisystémique à début néonatal (NOMID pour Neonatal-onset multisystem inflammatory disease)

Cytokines

IFN-alpha

Antiprolifératif et antiviral

Hépatite B chronique chez les patients 3 ans

Hépatite C chronique chez les patients ≥ 5 ans

Chez les patients 18 ans:

IFN-bêta

Antiprolifératif et antiviral

Réduction du nombre des poussées de sclérose en plaques récurrente

IFN-gamma

Immunostimulant et antiviral

Contrôle de l'infection dans la granulomatose chronique, retard de progression de l'ostéopétrose maligne sévère

IL-2

Immunostimulant

IL-11

Facteur de croissance thrombopoïétique

Prévention de la thrombopénie après chimiothérapie myélosuppressive

G-CSF

Stimulation de la production de granulocytes

Inversion de la neutropénie après chimiothérapie ou transplantation pour des troubles hématologiques ou un cancer

Patients présentant une neutropénie chronique sévère

GM-CSF

Stimulation de la production de granulocytes et de monocytes/macrophages

Inversion de la neutropénie après chimiothérapie ou transplantation pour des troubles hématologiques ou un cancer

Patients présentant une neutropénie chronique sévère

Thérapie cellulaire

Axicabtagene ciloleucel (CAR T)

Cellule T autologue génétiquement modifiée dirigée contre CD19

Adultes qui ont un lymphome à grandes cellules B en rechute ou réfractaire après 2 lignes de thérapie systémique

Sipuleucel-T

Cellules mononucléaires circulantes autologues ICAM-1+ du sang périphérique activées par la phosphatase acide prostatique et le GM-CSF

Le cancer de la prostate asymptomatique ou peu symptomatique métastatique réfractaire à la castration (hormonothérapie)

Tisagenlecleucel (CAR T)

Cellule T autologue génétiquement modifiée dirigée contre CD19

Patients jusqu'à 25 ans qui ont une leucémie lymphoblastique aiguë à précurseurs de cellules B, réfractaire ou en seconde rechute ou rechute ultérieure

Adultes qui ont un lymphome à grandes cellules B en rechute ou réfractaire après 2 lignes de thérapie systémique

*Les Ac monoclonaux utilisés pour les tests diagnostiques et imagerie rx ne sont pas cités. L'Antibody Society entretient une liste complète des produits thérapeutiques anticorps approuvés et ceux en cours d'etude aux États-Unis et dans l'Union européenne.

ANCA = antineutrophil cytoplasmic antibodies; CAR = chimeric antigen receptor; CD = cluster of differentiation; CTLA = cytotoxic T-lymphocyte antigen; dMMR = DNA mismatch repair deficient; EGFR = epidermal growth factor receptor; Fc = crystallizable fragment; FOLFIRI = leucovorin (folinic acid), fluorouracil, plus irinotecan; FOLFOX = leucovorin (folinic acid), fluorouracil, plus oxaliplatin; G-CSF = granulocyte colony-stimulating factor; GM-CSF = granulocyte-macrophage colony-stimulating factor; HER2 = human epidermal growth factor receptor 2; HHV-8 = human herpesvirus 8; ICAM = intercellular adhesion molecule; IFN = interferon; IL = interleukine; LDL = low density lipoprotein; mAb = monoclonal antibody; MRD = minimal residual disease; MSI-H = microsatellite instability-high; PD-L1 = programmed death–ligand 1; RANKL = receptor activator of nuclear factor kappa beta ligand; SLAMF7 = signaling lymphocyte activation molecule family member 7; TNF = tumor necrosis factor; VEGF-A = vascular endothelial growth factor A; VEGFR = VEGF receptor.

Anticorps monoclonaux

Les Ac monoclonaux (mAbs, monoclonal antibodies) sont fabriqués in vitro dans le but de reconnaître des Ag spécifiques ciblés; ils sont utilisés pour traiter des tumeurs solides et hématopoïétiques et des maladies inflammatoires. Les Ac monoclonaux qui sont actuellement utilisés en clinique comprennent les suivants

  • Murins

  • Chimériques

  • Humanisés

  • Entièrement humain

Les Ac monoclonaux murins sont produits en injectant un Ag à une souris, en récupérant sa rate pour isoler les cellules B qui produisent des Ac spécifiques de l'Ag, en fusionnant ces cellules aux cellules immortalisées de myélome de souris, en cultivant ces cellules d'hybridomes (p. ex., dans une culture de cellules) et en récupérant l'Ac. Bien que ces mAbs soient similaires aux Ac humains, l'utilisation en clinique de ces Ac murins est limitée parce qu'ils entraînent la production d'Ac humains anti-souris, pouvant entraîner une maladie sérique à complexes immuns (une réaction d'hypersensibilité de type III), et parce qu'ils sont rapidement éliminés.

Pour minimiser les problèmes dus à l'utilisation d'Ac purs murins, les chercheurs ont utilisé des techniques de recombinaison de l'ADN pour créer des Ac monoclonaux qui sont en partie humains et en partie murins. Suivant la proportion de la molécule Ac qui est humaine, le produit obtenu porte l'un des noms suivants:

  • Chimériques

  • Humanisés

Dans les deux cas, le processus commence habituellement comme ci-dessus avec la production de cellules d'hybridomes de souris qui fabriquent l'Ac dirigé contre l'Ag désiré. Alors l'ADN pour une partie ou la totalité de la partie variable de l'Ac murin est fusionné avec l'ADN de l'immunoglobuline humaine. L'ADN ainsi obtenu est placé dans une culture de cellules de mammifères, qui ensuite exprime le gène qui en résulte avec production de l'Ac désiré. Si un gène de souris codant pour toute la région variable est épissé à côté de la région humaine constante, le produit est appelé "chimérique". Si un gène de souris codant pour la région hypervariable de la région de liaison est utilisé, le produit est dit "humanisé".

Les anticorps monoclonaux chimériques activent les cellules présentatrices d'Ag et les lymphocytes T plus efficacement que les mAbs murins, mais ils peuvent toujours induire la production d'Ac humains contre les Ac chimériques.

Des anticorps monoclonaux humanisés contre divers antigènes sont disponibles dans le traitement du cancer colorectal et du cancer du sein, des leucémies, de l'allergie, de maladies auto-immunes, du rejet de greffe et de l'infection par le virus respiratoire syncytial.

Les anticorps monoclonaux humanisés sont produits en utilisant des souris transgéniques qui portent des gènes d'immunoglobulines humaines ou en utilisant le phage display (c'est-à-dire une méthode de clonage utilisant des bactériophages) de gènes d'immunoglobulines isolés sur des cellules B humaines. Les anticorps monoclonaux entièrement humanisés ont une immunogénicité réduite et peuvent donc avoir moins d'effets indésirables chez les patients.

Les anticorps monoclonaux qui ciblent les molécules de point de contrôle présents sur les cellules T ou sur les cellules tumorales (appelés inhibiteurs de point de contrôle [checkpoint inhibitors], voir tableau Quelques agents immunothérapeutiques utilisés en clinique) sont utilisés pour bloquer la régulation négative des réponses antitumorales et traiter efficacement certains cancers jusqu’à présent résistants. Cependant, les molécules de point de contrôle étant également impliquées dans d'autres types de réponse immunitaire, les inhibiteurs de point de contrôle peuvent provoquer de graves réactions inflammatoires et auto-immunes induites par le système immunitaire (à la fois systémiques et spécifiques d'un organe).

Protéines de fusion

Ces protéines hybrides sont créées en liant ensemble les séquences de gènes codant pour tout ou partie de 2 protéines différentes pour générer un polypeptide chimère qui incorpore des caractéristiques souhaitées des molécules mères (p. ex., un élément de cellule cible associé à une toxine cellulaire). La demi-vie circulante des protéines thérapeutiques peut également souvent être améliorée en les fusionnant à une autre protéine qui possède naturellement une demi-vie sérique prolongée (p. ex., la région Fc d'IgG).

Récepteurs solubles des cytokines

Les versions solubles des récepteurs de cytokines sont utilisées comme agents thérapeutiques. Elles peuvent bloquer l'action de cytokines en se liant avec elles avant qu'elles ne se lient à leur récepteur de surface cellulaire habituel.

L'étanercept, une protéine de fusion, est constitué de 2 chaînes identiques issues du récepteur CD120b du tumor necrosis factor (TNF)-alpha. Ainsi, cet agent bloque le TNF-alpha et est utilisé pour traiter la polyarthrite rhumatoïde, l'arthrite juvénile idiopathique, la spondylarthrite ankylosante, l'arthrite psoriasique et le psoriasis en plaques.

Des récepteurs solubles des interleukines (IL) (p. ex., de l'IL-1, de l'IL-2, de l'IL-4, de l'IL-5 et de l'IL-6) sont en cours de développement pour le traitement des pathologies inflammatoires, de réactions allergiques et de cancers.

Cytokines recombinantes

Les facteurs stimulant les colonies (CSF), tels que l' érythropoïétine, G-CSF (G-CSF), et le granulocytes-macrophages CSF (GM-CSF), sont utilisés dans les chimiothérapies ou les greffes pour des maladies hématologiques et des cancers et en cas de neutropénie chronique sévère (voir tableau Quelques agents immunothérapeutiques utilisés en clinique). L'interféron-alpha (IFN-alpha) et l'IFN-gamma sont utilisés pour traiter les cancers, les déficits immunitaires et les infections virales; l'IFN-bêta est utilisé dans le traitement de la sclérose en plaques récidivante. De nombreuses autres cytokines sont à l'étude.

L'anakinra, utilisé pour traiter la polyarthrite rhumatoïde, est une forme recombinante légèrement modifiée de l'antagoniste naturel du récepteur de l'IL-1; ce médicament se fixe au récepteur de l'IL-1 et ainsi évite la liaison de l'IL-1, mais contrairement à IL-1, il n'active pas le récepteur.

Les cellules qui expriment les récepteurs aux cytokines peuvent être ciblées par des versions modifiées de la cytokine correspondante (p. ex., dénileukine diftitox, une protéine de fusion contenant des séquences de l'IL-2 et les chaînes A et B de la toxine diphtérique). La dénileukine est utilisée dans le traitement du lymphome cutané à lymphocytes T pour délivrer la toxine à des cellules exprimant la composante CD25 du récepteur de l'IL-2.

Petites molécules mimétiques

Des petits peptides linéaires, des peptides cycliques et de petites molécules organiques sont développés comme agonistes ou antagonistes pour plusieurs applications. Les banques de peptides ou de composés organiques peuvent identifier des agents mimétiques potentiels (p. ex., agonistes des récepteurs pour l'érythropoïétine, la thrombopoïétine et le G-CSF).

Thérapies cellulaires

Les cellules du système immunitaire sont prélevées (p. ex., par leucaphérèse) et activées in vitro avant d'être réinjectées au patient. L'objectif est d'amplifier la réponse immunitaire naturelle normalement insuffisante contre le cancer. Les méthodes d'activation des cellules immunitaires comprennent l'utilisation de cytokines pour stimuler et augmenter le nombre de cellules T cytotoxiques anti-tumorales et l'exposition pulsée à des cellules présentatrices d'antigène telles que les cellules dendritiques à des antigènes tumoraux. Avant d'être réinjectées au patient, les cellules T peuvent être modifiées génétiquement pour exprimer des récepteurs antigéniques chimériques (CAR) ou des récepteurs de cellules T (TCR) en mesure de reconnaître les antigènes tumoraux, une approche qui a démontré son efficacité dans les leucémies et les lymphomes.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
Axicabtagene ciloleucel
Moxetumomab pasudotox
PRADAXA
Brentuximab vedotin
Enfortumab vedotin
Tisagenlecleucel
CYTOXAN (LYOPHILIZED)
Tildrakizumab
Obiltoxaximab
KEYTRUDA
Crizanlizumab
Mogamulizumab
Sipuleucel-T
Galcanezumab
TREANDA
BLINCYTO
Benralizumab
POMALYST
Brolucizumab
Teprotumumab
Risankizumab
Fremanezumab
Caplacizumab
LEUKERAN
Obinutuzumab
PRAXBIND
CARAC
ZINPLAVA
TECENTRIQ
NUCALA
Ocrelizumab
AVASTIN
ILARIS
Lanadelumab
TYSABRI
GEMZAR
DTIC-DOME
CAMPATH
Ravulizumab
CYRAMZA
Romosozumab
No US brand name
VECTIBIX
ACTEMRA
RAXIBACUMAB
DARZALEX
HERCEPTIN
ELOXATIN
STELARA
THALOMID
ZEVALIN
SIMULECT
COSENTYX
UNITUXIN
PORTRAZZA
SYNAGIS
LUCENTIS
EMPLICITI
ALIMTA
REMICADE
HUMIRA
PERJETA
Durvalumab
Emicizumab
Isatuximab
CAMPTOSAR
Lenvatinib
Guselkumab
Emapalumab
RAYOS
TAXOL
Siltuximab
PRALUENT
COLCRYS
XOLAIR
Reslizumab
Brodalumab
Ixekizumab
Ofatumumab
Ibalizumab
YERVOY
REOPRO
ORENCIA
OPDIVO
NEXAVAR
BENLYSTA
Burosumab
Sarilumab
ALKERAN
Dupilumab
RITUXAN
SIMPONI
BAVENCIO
KINERET
Erenumab
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE